La richesse écologique et économique du fleuve St-Jean

En plus d’être une attraction touristique et un bassin qui offre une grande diversité écologique, le fleuve Saint-Jean contribue à la vitalité économique de la province. État des lieux.

________________

Gaétane Lévesque

Initiative de journalisme local - APF - Atlantique

D’une longueur de 673 km, le fleuve prend sa source dans le nord du Maine pour se jeter dans la Baie de Fundy. Il marque la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Maine sur 110 kilomètres.

Plus de 30 rivières composent les affluents du fleuve, et s’y déversent jusqu’à l’embouchure de la ville de Saint-Jean, où les plus hautes marées au monde, celles de la Baie de Fundy, le repoussent et le font ainsi remonter les chutes, attraction touristique attirant des gens de partout.

Une économie terre et mer

Le bassin versant du fleuve Saint-Jean fait plus de 55 000 kilomètres carrés dont 50 % se retrouvent au Nouveau-Brunswick. À Edmundston ainsi qu’à Saint-Jean, l’industrie des pâtes et papier fait prospérer ces villes et leur région, et ce grâce au fleuve sur les rives duquel les usines sont installées. Il s’agit de l’un des principaux vecteurs économiques du bassin versant du fleuve Saint-Jean. À elle seule, cette industrie emploie plus de 12 000 Néo-Brunswickois. Les terres agricoles situées le long du fleuve permettent entre autres de cultiver la pomme de terre, principale culture commerciale du Nouveau-Brunswick.

Le fleuve attire nombre de touristes chaque année en raison de sa riche histoire. Le Saint-Jean a été une voie de navigation importante pour le transport, pour le commerce pendant la colonisation autant française que britannique. Il a pris une place militaire essentielle pendant les conflits armés, notamment pendant la guerre de 1812 à 1815, qui a opposé les États américains à l’Angleterre. Le pont couvert de Hartland, le plus long au monde, attire quant à lui son lot de touristes annuellement.

Encadré

Le fleuve Saint-Jean fut d’abord appelé par les Malécites, Oo-lahs-took  « belle rivière », ce qui les définit eux-mêmes : peuple de la rivière.

Le fleuve Saint-Jean est un habitat naturel pour les oiseaux et les forêts de feuillus des Appalaches, chaîne de montagnes de l’est du Canada. On peut y retrouver également la pédiculaire de Furbish, herbe vivace avec de petites fleurs jaunes, plante protégée comme espèce en péril et que l’on retrouve seulement le long du fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Le 12 septembre 2013, le fleuve Saint-Jean a été inscrit au réseau des rivières du patrimoine canadien, ce en qui fait une partie importante de notre héritage culturel, historique et patrimonial.

-30-

 

 

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 28 février, 2020
  • Dernière mise à jour 28 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article