La maison patrimoniale acadienne Joseph Doiron ouverte au public

Les gens passionnés par l’histoire et la charpenterie seront intéressés à visiter la maison patrimoniale de Joseph Doiron, construite en 1841-1842, située au 1150, rue Amirault, à Dieppe, récemment ouverte au public.

_________________________

Normand A. Léger

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

Cette résidence vernaculaire acadienne, luxueuse pour son époque est d'un étage et demi, avec une charpente en bois et un toit à pignon. Le site a été reconnu comme un des lieux patrimoniaux en novembre 2006 par Lieux patrimoniaux du Canada, en raison de son association avec son constructeur et ses anciens occupants, ainsi que pour son architecture.

La Ville de Dieppe l'a acquise en 2016 et y a effectué plusieurs travaux de restauration depuis quelques années. En parcourant l’ancienne demeure, les visiteurs sont projetés au milieu du 19e siècle dès leur entrée dans la maison qui a aussi servi comme l’une des premières écoles acadiennes de la région de Saint-Anselme (maintenant un quartier de Dieppe). C’était également un lieu de rencontre pour la communauté.

Lors de la restauration, les murs et la boiserie autour des portes ont été maintenues intacts. Le directeur artistique, André Roy, a voulu rendre l’expérience de la visite des plus complètes et interactives. Les visiteurs sont munis d’une tablette numérique et une jeune Acadienne sert de guide à travers les 10 pièces de la maison. La guide cherche son chapelet et les gens sont invités à l’aider à les retrouver. Ils pourront aussi mieux apprécier la vie de Joseph Doiron, juge de paix provincial, écrivain public, agriculteur prospère et membre de comités de comté. Il a été actif dans les affaires communautaires, l'éducation et la religion.

La grange attachée à la maison peut être louée pour des activités communautaires et même des mariages. Une partie du sous-sol de la maison a servi de bureau pour Joseph Doiron et de local d’école pendant la décennie 1840-1850, ainsi que de salle communautaire. M. Doiron avait la permission de célébrer des «messes blanches» en l'absence du prêtre, d’ondoyer les nouveau-nés, de même que recevoir le consentement mutuel des futurs mariés. Il fut longtemps bedeau de la mission et de la paroisse de Saint-Anselme. Entre  1850 et 1950, cette propriété était l’une des fermes acadiennes importantes de la province.

La charpente de la maison est composée de poutres de bois équarries à la hache. Un carottage dendrochronologique conclut que les arbres, destinés à la construction de cette maison, ont été coupés en 1840 et 1841. À l'époque, la maison comptait cinq foyers, dont deux existent toujours, incluant celle de la cuisine d’été. Les pierres taillées des murs de la cave proviennent des carrières de Beaumont, maintenant incorporé à Memramcook. La maison avait une cuisine d’été et est munie d’une entrée extérieure du sous-sol avec sa fenêtre en demi-lune entourée de pierre taillée. Les murs ont une épaisseur de deux pieds.

L’installation sera ouverte tout au long de l’année. Les visites ont lieu les samedis et dimanches, entre midi et 17 h, avec un maximum de six personnes par visite d’une heure. Les réservations doivent être faites à l’avance sur le site Internet au https://www.maisondoironhouse.ca/.

-30-

PHOTO MAISON DOIRON – L’extérieur de la maison patrimoniale Doiron, rue Amirault, Dieppe. (Photo : Normand A. Léger)

Photo GRANGE –  La grange attachée à la maison Doiron a été transformée en salle de spectacle/communautaire qui peut être louée pour des activités. (Photo : Normand A. Léger)

 

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 5 octobre, 2020
  • Dernière mise à jour 5 octobre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article