La consternation régnait à Queen’s Park, lundi, après que la ministre des Soins de longue durée Merrilee Fullerton ait refusé de répondre aux questions d’une journaliste membre de la galerie de la presse de l’Assemblée législative de l’Ontario.

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

La consternation régnait à Queen’s Park, lundi, après que la ministre des Soins de longue durée Merrilee Fullerton ait refusé de répondre aux questions d’une journaliste membre de la galerie de la presse de l’Assemblée législative de l’Ontario.

Vers la fin de la mêlée de presse tenue lundi, Merrilee Fullerton a accepté de répondre aux questions d’un dernier journaliste. 

Ce n’est que lorsqu’elle a entendu le nom de la journaliste du média anglophone QP Briefing, Jessica Cross Smith, qu’elle a finalement refusé de l’entendre et a quitté les lieux immédiatement après. 

« I’m sorry, I think we’ll have to go now (Désolée, je pense que nous allons devoir partir) », a rapidement déclaré la ministre après avoir entendu l’opératrice au téléphone prononcer le nom de la journaliste. 

Le président de la galerie de la presse, Colin D’Mello, a ensuite poursuivi la ministre Fullerton en lui demandant de répondre à la reporter. « Mme la ministre, vous avez eu une altercation sur Twitter avec Jessica, ne mérite-t-elle pas de vous poser une question? »

« Non, non, non », s’est contentée de répéter l’élue progressiste-conservatrice.

« Mme la ministre, cela est non professionnel », a déploré le président de la galerie de la presse.

Effectivement, la ministre Fullerton et la journaliste Smith Cross ont croisé le fer dans un échange houleux sur Twitter, la semaine dernière. 

L’échange portait notamment sur un article écrit par Mme Smith Cross, où elle a rapporté que la ministre Fullerton a comparé la crise de la COVID-19 à « une mauvaise année de la grippe ». 

Mme Fullerton se défendait sur Twitter d’avoir utilisé cet exemple, tentant de démentir les données utilisées par la journalistes, fournies par son bureau. « Pour être claire, j’ai dit que le nombre de résidents de soins de longue durée décédés pendant la saison grippale 2017-2018 était comparable au nombre de personnes décédées avec la COVID-19. Cela ne diminue en rien la perte de vie que nous avons constatée dans les soins de longue durée en Ontario. »

Même si la ministre des Soins de longue durée n’a pas expliqué pourquoi elle n’a pas voulu répondre à ses questions, la journaliste de QP Briefing croit que ce récent échange sur Twitter pourrait expliquer sa réaction, a-t-elle déclaré sur le réseau social. 

Le chef du Parti libéral de l’Ontario, Steven Del Duca, a réagi à la situation sur les réseaux sociaux. « Nous avons vu trop de politiciens attaquer des médias qu’ils n’aiment pas. Je n’ai jamais pensé voir cela à Queen’s Park. L’une des ministres de Doug Ford qui s’échappe de tout examen en dit long sur son incapacité à protéger le personnel et les résidents des maisons de retraite. »

Le ministère des Soins de longue durée n’avait pas encore répondu aux questions du Droit au moment de publier ces lignes.  

QP Briefing est une source d’information couvrant tous les mouvements politiques et législatives au niveau provincial.

Le président de l’Association canadienne des journalistes Brent Jolly a lui aussi partagé sa consternation face au refus de la ministre à répondre aux questions d’une journaliste.

« Nous nous sommes certainement habitués à des couches supplémentaires d'obscurcissement gouvernementale pendant la pandémie, mais cela est le comble du ridicule! C’est un comportement inacceptable de la part d’une ministre de cabinet. »

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 19 octobre, 2020
  • Dernière mise à jour 19 octobre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article