La Caisse Alliance : enracinée dans son milieu

La Caisse Alliance est née en 2018 de la fusion des 12 caisses du nord de l’Ontario. Ce mouvement coopératif, similaire mais indépendant de la Caisse Desjardins Ontario, est conçu pour être encore plus près de ses membres. Une volonté qui a des répercussions concrètes dans la communauté franco-ontarienne.

_______________________

André Magny — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Que ce soit clair : Pierre Dorval, président et chef de la direction de la Caisse Alliance, explique dès le départ que sa caisse est une entité indépendante du Mouvement Desjardins, bien qu’elle achète les services informatiques de Desjardins et qu’elle offre certains produits de la coopérative québécoise. «On le fait en tant que distributeur.»

Avant la fusion de 2018, on parlait de 12 caisses membres de l’Alliance des caisses populaires de l’Ontario, un réseau qui compte un total de 30 centres de service. Desservant un territoire s’étendant sur 1 400 km avec des villes comme Hearst, North Bay ou Sudbury, mais aussi des communautés plus petites comme Field, Mattawa ou Alban, l’Alliance possédait avant la fusion un actif de 1,5 milliard de dollars.

Appuis aux PME

Le réseau Caisse Alliance compte toujours 30 centres de services répartis dans 24 communautés franco-ontariennes. M. Dorval ne s’en cache pas, «c’est vrai qu’on est souvent associés à la langue. Et on est près de nos gens.»

Quand il le faut, des employés vont se déplacer dans des petites communautés pour desservir certains membres. «On est présents économiquement auprès de nos 50 000 membres, mais aussi en tant qu’employeur», mentionne le président en faisant référence aux 300 employés de la Caisse Alliance.

À quel point la présence d’une coopérative comme Alliance dans le nord de l’Ontario est-elle importante? Pierre Dorval est affirmatif : «Il n’y aurait peut-être plus de nord de l’Ontario si on n’était pas là.»

La Caisse Alliance est présente pour ses membres, mais elle soutient également les petites et moyennes entreprises (PME) de sa région en tenant compte des besoins différents d’une localité à l’autre. Ici, c’est une PME dans le domaine de la foresterie, là, c’est le domaine minier qui sera appuyé.

«Autour de la table du conseil d’administration de la Caisse, toutes les régions sont représentées, tient à mentionner M. Dorval. Nos PME, on les aide par nos services de proximité. Et on comprend aussi que le marché peut avoir des hauts et des bas.»

Des projets concrets

Que ce soit en raison par une contribution au Carnaval des Compagnons de North Bay ou à l’Hôpital de Mattawa, les commentaires sont élogieux de la part de ceux et celles qui ont été aidés par la Caisse Alliance. On ne parle pas ici de prêts, mais de dons consentis par la coopérative et provenant d’un fonds que la Caisse gère pour des projets de longue haleine.

Patrice Forgues est animateur culturel et de pastorale à l’École secondaire catholique de Hearst. Il est aussi bénévole et président du conseil d’administration du Camp source de vie qui accueille l’été des enfants de 8 à 14 ans. «Ça fait 30 ans que le camp existe. Comme on n’y va pas l’hiver, notre bâtiment principal avait besoin de rénovations, mentionne-t-il. On a commencé à ramasser des sous. Quand la Caisse Alliance a entendu parler de notre projet, elle nous a donné 100 000 $.»

C’était en 2018. Le chantier devrait commencer au plus tard au printemps de 2021, quand les derniers 50 000 $ seront amassés. «Jamais personne ne nous avait autant aidés. En fait, la Caisse nous appuie depuis le début du camp», rappelle M. Forgues, tout en affirmant que la Caisse est aussi présente pour d’autres organismes à Hearst. «C’est un atout d’avoir la Caisse avec nous.»

À Field, près de Nipissing Ouest, on retrouve Ken Paquette, actif au sein des comités locaux des Chevaliers de Colomb ainsi que du Comité de développement économique régional. «140 000 $ qu’ils nous ont donnés», se réjouit-il en faisant référence à la Caisse Alliance.

L’argent octroyé a notamment servi à la construction d’un toit au-dessus de la patinoire. «On a un carnaval et quand il mouille, on est obligés d’annuler des parties de hockey. On avait demandé au gouvernement provincial, mais on n’a rien eu. Une chance qu’on a la Caisse. Sans elle, on n’aurait pas eu notre projet», soutient Ken Paquette.

Des exemples qui semblent donner raison à Pierre Dorval lorsqu’il parle de la solidité de l’implantation de la Caisse Alliance dans son milieu. «Nous, on n’a pas de branches. On a des racines!»

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlontario@gmail.com.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 18 février, 2020
  • Dernière mise à jour 18 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article