Josée Gautreau fait tourner les têtes avec ses lamas et ses alpacas

Voir des lamas et des alpacas se promener le long de la plage à Grand-Barachois n’est pas une scène quotidienne. Mais depuis que Josée Gautreau, de Haute-Aboujagane, a fait l’acquisition de deux lamas et de deux alpacas, elle les sort régulièrement pour des promenades, pour le grand plaisir des gens qui les rencontrent.

__________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local − APF – Atlantique

Originaire de Dieppe, la jeune femme de 26 ans est en amour avec les animaux. «Je suis la seule de la famille à avoir cette passion», dit-elle. Elle fait de l’équitation depuis l’âge de huit ans. Sa mère lui avait dit que si elle voulait un cheval, il fallait qu’elle le paie elle-même. «Alors  j’ai fait tout ce que j’ai pu pour ramasser de l’argent, raconte-t-elle, soit en faisant du ménage, des cadeaux reçus, etc., et j’ai acheté mon premier cheval - Doc (tout brun) en 2008, alors que j’étais en 8e année.» C’était un bon cheval, docile et bien entraîné, avec qui elle a donné des cours d’équitation avec lui. Mais il prend maintenant de l’âge et elle en a acheté deux autres depuis. Elle fait encore de l’équitation de temps en temps.

En 2018, elle fait l’acquisition d’une propriété de huit acres à Haute-Aboujagane et s’y installe. Des sentiers parcourent son terrain et elle souhaite organiser des promenades avec les animaux, des petites marches, etc. Elle a plein d’idées pour des activités, comme des marches de lamas et d’alpacas dans ses sentiers, le long de la mer et de la rivière, des sorties chez les gens pour des fêtes d’enfants, etc.

Josée a reçu la confirmation de la province qu’elle peut les promener sur le bord de la plage parce que ce sont des animaux qui sont amicaux avec les chiens. Elle attend la confirmation écrite qui lui permettra aussi de les promener sur le bord de la rivière près du Club Chasse et Pêche de Haute-Aboujagane.

Quand elle va à l’extérieur de sa propriété, elle ne passe pas inaperçue, car on ne voit pas ses animaux en passant devant sa résidence de Haute-Aboujagane. «Les animaux sont curieux et ils viennent facilement à toi si tu leur offres de la nourriture, surtout la plus gourmande, Pearl.»

Elle a acheté une remorque pour les transporter, mais elle s’est ensuite aperçue que le dessous était rouillé, ce qui l’empêchait de l’utiliser. Pour le moment elle prend donc son camion et cherche une autre remorque. Elle se dit également chanceuse d’avoir un bon voisin et une amie qui gardent ses animaux si elle veut s’absenter ou prendre des vacances.

Josée est esthéticienne et travaille à Dieppe. Elle fait des tatouages de sourcils. Elle fait aussi du toilettage pour les chiens.

Même s’il faut beaucoup de temps pour s’y consacrer, Josée a toujours voulu avoir des animaux. De retour à la maison, après sa journée le travail, elle leur donne à manger. «Mais il faut ajouter qu’ils remplacent une tondeuse, car ils aiment brouter l’herbe autour de la maison et dans le champ.» Ils mangent du foin et un mélange spécial de graines pour les alpacas et les lamas. Comme elle n’a pas de revenus faute de pouvoir organiser des activités avec ses animaux, tout son argent va à payer ce qu’il faut pour s’en occuper.

Josée a acheté ses deux alpacas âgés de six mois en 2018; elle pouvait se promener avec eux et ses deux chiens dans l’auto pour aller à la plage. Pearl, la plus amicale, et Luna sont nées à une semaine d’intervalle. L’hiver dernier, elle a acheté ses deux lamas Linda et Brenda après avoir vu une annonce sur Kijiji placée par une personne de Moncton.

Linda, quatre ans, est enceinte et devrait accoucher d’ici janvier. Brenda, qui aura un an en juillet, ainsi que Linda ont été élevées en liberté avec d’autres animaux et n’avaient jamais été en compagnie d’êtres humains avant que Josée en fasse l’acquisition. Il a donc fallu qu’elle les dresse chaque jour pour les habituer à vivre avec des humains.

Elle s’apprêtait à raser les deux lamas lors de la visite du Moniteur Acadien. Il faut les raser une fois par année. Josée aimerait faire quelque chose avec la laine qui vaut cher. Elle s’apprêtait également à accueillir deux émeus qui lui ont été offerts par une de ses meilleures amies comme cadeau d’acquisition d’une nouvelle propriété. Ils seront logés dans une petite grange clôturée. Mais ce sera tout pour l’instant pour ce qui est d’acquérir d’autres animaux. «Lorsque la situation reviendra à la normale et selon leur popularité, je pourrais acheter d’autres lamas et des alpacas», souligne la jeune femme passionnée de ces animaux.

Josée développe actuellement sa page Facebook et son compte Instagram «Llama-zing adventures» afin de promouvoir ses activités et ses offres au public.

-30-

Photos :

Josée et sa lama Linda. (Courtoisie)

Josée, deuxième à partir de la gauche, et ses amies promènent les lamas et les alpacas le long de la plage de Grand-Barachois, pour le plus grand plaisir des résidents et des résidentes. (Courtoisie)

Un coucher de soleil à Grand-Barachois. (Courtoisie)

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 15 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 15 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article