IJL - Ouest

Grande déception dans la communauté fransaskoise après l’annonce du budget provincial

La province de la Saskatchewan a dévoilé le 18 mars un budget partiel pour 2020-2021. Dans son plan de dépenses de plus de 14 milliards de dollars, rien n’est prévu pour la construction des nouvelles écoles tant attendues par les Fransaskois. Beaucoup ont réagi pour exprimer leur grande déception et promettent de ne pas en rester là.

Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF - Ouest

Le Conseil scolaire fransaskois (CSF) a exprimé son incompréhension par voie de communiqué le 23 mars. « Le manque d’empressement du gouvernement à concrétiser les projets de construction de nouvelles écoles dans les régions scolaires de Regina, Prince Albert et Saskatoon, malgré l’entente de principe signée le 19 mars 2019, nous laisse perplexes », déclare le président Alpha Barry.

Le CSF rappelle par ailleurs que le gouvernement s’est engagé à construire l’une des trois écoles avant 2025. « C’est une déception profonde. On aimerait avoir une rencontre de clarification avec le ministère. On ne baissera pas les bras », indique pour sa part Ronald Ajavon, le directeur général du CÉF. « Le CÉF redoublera d’efforts », promet ainsi l’organisme.

Un goût amer

Les 27 divisions scolaires de la province recevront près de 2 milliards de dollars en fonds d’opération pour 2020-2021, soit une augmentation de 42 millions par rapport à l’année précédente. Malgré tout, aucune enveloppe n’est prévue pour la communauté fransaskoise.

La déception est grande pour Jean de Dieu Ndayahundwa, le porte-parole du Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) de Regina qui attendent une nouvelle école depuis 2015. « Il y a vraiment un surpeuplement. C’est urgent », avise-t-il. Le CPIP avait entrepris un recours judiciaire en 2017 et obtenu en mars 2018 l’école du Parc comme solution « temporaire ».

La nouvelle était toutefois prévisible selon le porte-parole. « On sentait qu’ils étaient hésitants à nous donner quelque chose de concret. » D’où l’envoi d’une lettre au ministère de l’Éducation le 5 février et de la liste des 116 signataires d’une pétition envoyée le 9 mars au premier ministre, au ministre de l’Éducation, au chef de l’opposition et aux députés de Regina. La lettre est restée sans réponse.

La minorité ignorée ?

La nouvelle est d’autant plus rageante pour certains que le gouvernement prévoit de financer la construction de sept nouvelles écoles anglophones dans la province. « Le fait qu’il n’y ait aucune mention d’un projet d’école communautaire citoyenne à Prince Albert, ni ailleurs dans la communauté fransaskoise, démontre un mépris flagrant à notre égard », conclut ainsi la Société canadienne-française de Prince Albert (SCFPA).

Un plan d’affaires solide avait pourtant été soumis. « Alors que les négociations semblaient évoluer dans la bonne direction, le gouvernement provincial a choisi d’ignorer encore une fois les besoins criants de nouveaux espaces scolaires et communautaires à Prince Albert », déplore la SCFPA.

L’organisme se dit d’autant plus surpris qu’un Mémorandum of Understanding avait été mis en place en 2019 entre le Conseil des écoles fransaskoises et le ministère de l’Éducation. « Nous sommes condamnés encore à essayer d’offrir une pédagogie de qualité dans des espaces scolaires désuets, inadéquats et non sécuritaires », insiste l’organisme.

Des besoins urgents

L’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) est elle aussi déconcertée par l’annonce des dépenses provinciales. L’optimisme était pourtant de mise : « Il y avait des engagements sur la table, le ministère de l’Éducation comprend les enjeux et les messages que nous recevions du gouvernement étaient jusqu’à très récemment encourageants », s’étonne le président Denis Simard.

La Fédération des francophones de Saskatoon (FFS) rappelle qu’à Saskatoon l’école primaire héberge deux fois plus d’élèves que sa capacité ne le permet. « La majeure partie des élèves travaille dans des locaux provisoires et les espaces communs tels que la bibliothèque et le gymnase sont cruellement sous-dimensionnés. »

« L’avenir de la fransaskoisie dépend des investissements dans le système scolaire et éducatif », souligne Dustin McNichol, président de la FFS. « Si les élèves quittent les écoles fransaskoises pour bénéficier de conditions d’enseignement plus adéquates dans le système majoritaire, c’est l’avenir de notre communauté qui est compromis », renchérit ainsi l’organisme.

Le recours judiciaire envisagé

« Nous sommes dans une situation précaire et inquiétante pour l’avenir de notre communauté », avertit Estelle Hjertaas, porte-parole de la SCFPA. « La SCFPA se réserve le droit de recourir à l’option juridique », laisse-t-elle ainsi présager.

De son côté, Jean de Dieu Ndayahundwa promet que le CPIP et le CSF n’en resteront pas là. « On va retourner devant les tribunaux, indique-t-il. Dès que les choses se calment, on sera prêt pour déclencher les procédures judiciaires. » Une rencontre est prévue début avril avec le CSF pour déterminer une stratégie.

 

PHOTOS

Ecole du Parc

Légende : L’école du Parc a été offerte comme solution temporaire en mars 2018 aux parents de Regina.

Crédit : Radio-Canada Saskatchewan

Jean de Dieu

Légende : Jean de Dieu Ndayahundwa est le porte-parole du Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) de Regina.

Crédit : Radio-Canada Saskatchewan

Ecole

Légende : Aucune nouvelle école francophone n’est prévue dans le budget provincial pour 2020-2021.

Crédit : Rubén Rodriguez

 

-30-

 

Photos de courtoisie disponibles. Communiquez avec ijlsask@gmail.com

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 2 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 1 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article