Freeland se porte à la défense d’un expert vilipendé par Doug Ford

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, a souvent fait l’objet d’éloges du premier ministre ontarien Doug Ford, qui la qualifie de «bonne amie». Mercredi, elle s’est portée à la défense d’un épidémiologiste que le premier ministre ontarien a accusé de faire preuve de mauvaise foi. 

Mercredi, le mot-clic #thankyoudavidfisman (merci, David Fisman), est rapidement devenu viral. 

«Alors que nous combattons la pandémie de COVID-19, les conseils et l’analyse scientifiques ont été une arme essentielle. Je suis reconnaissante pour l’expertise et les conseils du Dr David Fisman et pour les conversations qu’il a eues avec moi. #thankyoudavidfisman », a écrit la vice-première ministre sur Twitter. 

Le Dr Fisman est professeur à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto et siège à la Table de consultation scientifique de l’Ontario sur la COVID-19. 

Un article du Toronto Sun publié mardi soir a révélé que l’épidémiologiste a été rémunéré pour un poste qu’il a occupé comme consultant de la Fédération des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO) dans le dossier du manque de mesures sanitaires dans les écoles.

Plainte

Le syndicat avait déposé une plainte contre la province au cours de l’été précédant la rentrée scolaire 2020. 

«Les nouvelles concernant le Dr Fisman sont profondément préoccupantes, a déclaré dans une note envoyée aux médias mardi soir la directrice des relations médiatiques du premier ministre Ford, Ivana Yelich. Malheureusement, nous avons appris cette affaire par les médias. Ni le premier ministre ni son cabinet n’étaient au courant de ce conflit potentiel.»

Ce partenariat rémunéré entre le Dr Fisman et la FEEO suscite des doutes sur l’impartialité de l’épidémiologiste, selon le bureau du premier ministre, qui dit s’attendre à ce que tous les membres de la Table de consultation scientifique de l’Ontario sur la COVID-19 «agissent de bonne foi et divulguent tout conflit d’intérêt réel ou potentiel». 

«Nous nous attendons à ce que toute personne impliquée dans l’apport de conseils au gouvernement en cette qualité le fasse sans agenda ou parti pris, et par conséquent, cette relation soulève des préoccupations légitimes.»

Or, le gouvernement Ford n’a pas demandé la démission de l’expert. 

Pas un secret

La FEEO a noté dans une déclaration que la rémunération de David Fisman n’était pas un secret. 

Selon la Fédération, le gouvernement réagit ainsi parce qu’il a «peur» des commentaires des experts en santé publique lui rappelant les failles dans sa gestion de la pandémie. 

Membre de ce groupe de spécialistes ayant été créé pour conseiller la province sur la pandémie, le Dr Fisman a souvent critiqué le gouvernement de Doug Ford pour ses décisions liées à la lutte contre la COVID-19 dans les écoles et dans la communauté. 

La réponse du Dr Fisman

L’épidémiologiste a fait savoir sur Twitter avoir offert sa démission au groupe d’experts qui consulte le gouvernement sur la COVID-19, mais que le président de la Table a refusé de l’accepter.

Le Dr Fisman a réitéré que la réponse de l’Ontario face à la pandémie est un «gâchis». 

Selon lui, l’article du Toronto Sun est une campagnes de salissage à son endroit et représente une «bonne distraction». 

L’épidémiologiste a tenu à rappeler les ratés de la réponse du gouvernement Ford à la crise sanitaire, incluant la campagne de vaccination qui représente à ses dires «un échec», la gestion dans les écoles et sa décision de ne pas réduire les classes à 15 élèves, ainsi que les milliers de décès dans les foyers de soins de longue durée «qui auraient pu être évités». 

Le Dr Fisman accuse la province de s’asseoir sur des milliards de dollars octroyés par Ottawa pour aider la province à lutter contre la transmission de la COVID-19.

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 27 janvier, 2021
  • Dernière mise à jour 27 janvier, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article