IJL - Ouest

Françoise Sigur-Cloutier, de la Saskatchewan à l’Alberta : une citoyenne toujours engagée

Après près de trente ans passés en Saskatchewan, l’ancienne présidente de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) a quitté en mai dernier sa province d’adoption pour retourner en Alberta. D’une province à l’autre, son implication bénévole dans la francophonie reste forte.

Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF - Ouest

Françoise Sigur-Cloutier a quitté la Saskatchewan le 18 mai 2019. « C’est une date assez importante dans ma vie ! », lance-t-elle. Elle est retournée vivre à Calgary pour se rapprocher des siens : une maman de 96 ans, trois enfants et cinq petits-enfants.

Si elle a déménagé pour de bonnes raisons, sa vie à Regina et Gravelbourg lui laisse un souvenir encore bien présent. « On avait une belle petite vie là-bas. Tout était proche. C’était la proximité, la familiarité. C’était confortable. La vie n’était pas dure. J’avais mon réseau communautaire et social », relève-t-elle.

Toujours aussi active

Depuis son retour en Alberta, son implication communautaire reste effrénée. « Dès que j’ai mis les pieds ici, je me suis fait tomber dessus par beaucoup de gens ! Je disais ‘Laissez-moi y penser’. Mais tout le monde est extrêmement convaincant finalement », confie-t-elle.

En 8 mois seulement, Françoise est devenue membre des conseils d’administration de la Fondation franco-albertaine, du Centre d’accueil des nouveaux arrivants francophones de Calgary, du Conseil paroissial et du comité du 50e anniversaire de la Société franco-canadienne de Calgary. Sans parler de ses nombreuses participations à des congrès, assemblées générales et activités communautaires.

Son expérience en implication citoyenne est une pépite pour les organismes locaux. « J’avais imaginé jouer à la grand-mère, prendre des cours de cuisine, participer à un club d’aînés… Mais il y a une crise de leadership dans la communauté. J’ai été sollicitée avec beaucoup d’insistance. Les gens m’ont dit qu’ils avaient besoin de mon expérience, de mon énergie », explique-t-elle.

Une vie civique bien remplie

Françoise a quitté la France à 22 ans et a passé plus de vingt ans à Calgary de 1969 à 1990. Puis, de 1990 à 2018, elle a vécu en Saskatchewan où elle sera présidente de l’ACF de 2012 à 2018. Elle a aussi contribué à la création de la Fédération provinciale des Fransaskoises.

Depuis son arrivée au Canada en 1967, Françoise n’a cessé d’œuvrer pour le féminisme et la francophonie. « Je veux contribuer à la société. En tant qu’immigrante, j’ai été très bien accueillie. Le Canada m’a donné tellement d’opportunités que j’ai envie de contribuer à faire progresser le pays, en particulier l’Ouest canadien. »

 

Sa contribution est d’autant plus bienvenue que la relève semble faire défaut. « Je crois qu’il y a beaucoup de gens qui pourraient contribuer, mais c’est la façon d’aller les chercher et de les motiver, de leur faire prendre conscience qu’on a besoin de leur contribution. Pour avoir une vie communautaire et des services, il faut s’en occuper. » Françoise ne s’explique toujours pas comment la clinique de santé en français de Calgary a dû fermer ses portes en mars 2018, « alors que cela avait pris des années à mettre sur pied ».

Des Plaines aux Rocheuses

Françoise note plusieurs différences entre les deux provinces pétrolières des Prairies. « La mentalité générale ici veut qu’on soit dans cette société de consommation à outrance. En Saskatchewan, l’attitude est complètement différente », observe-t-elle.

Les distances ne sont pas non plus les mêmes, affectant sa manière de vivre en français. « En Saskatchewan, à cause de la proximité, de mon implication, du petit nombre, je me trouvais beaucoup plus près de la communauté. Tandis qu’ici, on se sent beaucoup plus loin. Il y a une grande distance. » Les chiffres sont là pour appuyer ses impressions : Calgary compte environ 1,3 million d’habitants, soit plus que toute la Saskatchewan réunie.

Françoise garde malgré tout un œil sur ce qui se passe en Saskatchewan, notamment à l’Association canadienne-française de Regina (ACFR) où conflits et tensions surviennent entre nouveaux arrivants et francophones dits de souche. « L’ACFR est symptomatique de ce qui va arriver. Il va falloir des changements majeurs pour mobiliser les forces vives de la communauté, avise-t-elle. Il faut que les organismes fassent une réflexion en profondeur pour intégrer les gens qui viennent d’ailleurs. Car on les traite trop en consommateurs. »

Si les plaines saskatchewanaises l’ont toujours incitée à la réflexion, les montagnes la ravissent désormais : « Leur vue me comble quotidiennement, surtout lorsqu’elles sont sous l’arche du Chinook ! », ponctue Françoise Sigur-Cloutier.

 

-30-

 

Photos de courtoisie disponibles. Communiquez avec ijlsask@gmail.com.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 20 février, 2020
  • Dernière mise à jour 19 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article