En temps de pandémie, étudier à l’extérieur du pays pour pratiquer son sport n’est pas de tout repos 

Deux jeunes athlètes, Isabelle Boudreau de Memramcook et Catherine Foulem de Dieppe, poursuivent leur carrière sportive et leurs études aux États-Unis, recrutées par des établissements universitaires. Isabelle fréquente pour une deuxième année la Pace University où elle pratique le balle-molle. Catherine en est à sa première année à l’Université de Boston, où elle joue au hockey.

______________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

C’est une année particulièrement remplie de défis pour ces deux jeunes étudiantes. En mars dernier, Isabelle est revenue chez elle alors qu’elle était en Floride pour un match et que tout s’est arrêté en raison de la pandémie. Elle a terminé son semestre en ligne. s .

Isabelle a dû repartir pour ses pratiques mais elle est de retour chez elle depuis vendredi et est en quarantaine dans sa chambre. «Les pratiques étaient terminées depuis le 6 novembre, dit-elle, et il fallait quitter le campus pour l’Action de grâce (américaine) le 25 novembre. Le semestre se termine le 4 décembre et alors aussi bien revenir chez nous, finir mes cours et mes examens en ligne.» Elle devrait repartir au début janvier.

Isabelle explique que le campus est dans une zone verte au niveau de la pandémie. Une vingtaine de cas sont survenus en septembre sur le campus, dont 19 membres de l’équipe de football. La résidence a été mise en quarantaine et tous les étudiants ont été testés. Il n’y a maintenant  plus de cas.

«Il y avait beaucoup de restrictions depuis le début du semestre, raconte-t-elle. On pouvait seulement voir les gens avec qui on vivait, porter un masque et rester dans notre chambre. Nous avions des cours en personne, dix personnes à la fois et on faisait la rotation de journée, mais la plupart se donnaient en ligne.»

L’équipe n’a pas pu jouer de partie et a dû se contenter  des pratiques. «C’était pas mal plate», souligne Isabelle. L’an dernier, elle pouvait visiter New York en train, aller cueillir des pommes, courir dehors. Loin de la situation de cette année. «C’était toujours la même chose : pratique, cours en zoom, manger, dodo et j’avais hâte de revenir. Je comptais les jours avant mon retour chez nous, poursuit-elle, et je suis fière que ce soit fini. C’est quelque chose d’être toujours isolée et j’avais hâte d’être de nouveau avec des gens pareils comme moi, chez-nous.

«Au niveau des études, ça va bien, ajoute-t-elle. C’est pas mal en ligne et je suis habituée à ma deuxième année. Cependant j’aime mieux des cours en personne et ce sera probablement la même chose au prochain semestre.»

Mais Isabelle espère encore qu’il y aura une saison en février-mars; la décision n’a pas encore été prise. «Ce sera sans doute à la dernière minute et si on joue, nous aurons seulement des parties de notre conférence New York, Connecticut, Massachusetts. Pas question d’aller en Floride cette saison.

Catherine Foulem à Boston

Catherine Foulem est membre de l’équipe de hockey des Terriers de l’Université de Boston. Elle est heureuse de sa décision. «Les gens sont très gentils, il y a une bonne atmosphère pour étudier et jouer au hockey ici», dit-elle.

Catherine est à Boston depuis le 26 août, en résidence dans une chambre qu’elle partage avec une coéquipière de Toronto. Partie de chez elle à 14 ans, ça fait quatre ans qu’elle étudie en anglais. Elle a aussi fréquenté les collèges Ridley et Stanstead pour pratiquer le hockey. Elle était auparavant joueuse de ringuette. «Ma vie ici c’est dormir, manger, jouer au hockey et étudier.» Et il y a beaucoup de hockey et beaucoup d’études, alors elle n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer.

Catherine étudiait en biochimie et en biomoléculaire, mais a récemment changé pour la neuroscience. Tous les cours sont en ligne, sauf les laboratoires. Il est donc possible d’étudier de partout. Pour elle, ces cours hybrides sont toute une expérience. «Ce n’est pas ce que j’avais en tête quand j’ai choisi d’étudier ici, mais j’adore ça.»

Au début de la saison, l’équipe était divisée en trois groupes et on pratiquait en petit groupe. Depuis la semaine dernière, toute l’équipe pratique ensemble. Les matchs de la ligue Hockey East devraient débuter le 20 novembre. La saison sera cependant plus courte.

Catherine ajoute qu’il y a plus de cas de COVID-19 sur le campus depuis la semaine dernière, alors qu’il y en a eu 10 dans une seule journée. Plusieurs mesures de sécurité sont en place sur le campus. Les filles ne peuvent être plus que quatre ensemble et il faut porter le masque partout.  «Tu pourrais sortir du campus, mais ce serait à tes propres risques, ajoute-t-elle, et il faut prendre les précautions nécessaires.»

Le congé des Fêtes sera du 13 au 26 décembre, alors que nous allons commencer à pratiquer le 26 décembre.  Si je voulais aller chez nous pour Noël je devrais faire une quarantaine de 14 jours, alors il faudra probablement que je reste ici pour être disponible pour le début de la saison. Je ne peux me permettre de ne pas être ici pour le début de la saison», avance la jeune passionnée de hockey.

À cause de la COVID-19, le congé des Fêtes est allongé, alors que le congé de mars est annulé. Elle devra attendre assez longtemps pour revoir sa famille et son copain Dyllan Gill, qui joue au hockey avec les Huskies de Rouyn-Noranda de la LJMHQ.

-30-

Photos :

Isabelle Boudreau

Catherine Foulem

  • Nombre de fichiers 3
  • Date de création 16 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 16 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article