Du désinfectant pour les mains produit localement

Un Laboratoire à Yellowknife entreprend la production de désinfectant pour les mains destiné aux employés de premières lignes.
________
Alexandre Michaud
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Dans un communiqué de presse émis à la mi-avril, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) a annoncé sa réponse proactive face à la pénurie de désinfectant pour les mains qui frappe présentement le Canada.

Pour venir en aide aux employés de première ligne qui interagissent avec le public dans le cadre de leur travail, une production locale de gel désinfectant à base d’alcool a été mise en place au Laboratoire environnemental Taïga du ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles. Les employés principalement ciblés sont ceux travaillant dans les aéroports et aux points de contrôle, ainsi que les agents de la faune et les travailleurs de la santé.

« Pour lutter contre la COVID-19, nous devons utiliser toutes les ressources disponibles aux T.N.-O. », exprime Diane Thom, ministre de la Santé et des Services sociaux dans le communiqué. « Nos employés de première ligne peuvent maintenant souffler un peu en sachant que l’un des produits les plus essentiels dans leur milieu de travail ne dépend plus des caprices de la chaîne d’approvisionnement mondiale. ».

Une initiative d’envergure

En temps normal, le Laboratoire Taïga consacre ses opérations aux analyses d’environnement, notamment de la qualité des eaux. La production de désinfectants n’aura cependant pas d’impact sur les activités normales, confirme Angélique Ruzindana, chimiste et microbiologiste au Laboratoire attitrée au projet.

« C’est bien tombé parce que la période de novembre à mars, c’est notre saison morte, c’est la saison où on revoit nos méthodes », explique Madame Ruzindana. Afin d’avoir l’autorisation de Santé Canada de produire le gel désinfectant, la recette de l’Organisation mondiale de la Santé a été utilisée. L’administratrice en chef de la santé publique, Kami Kandola, a aussi approuvé le projet.

« On est un Laboratoire. On avait déjà l’alcool et le peroxyde d’hydrogène », ajoute la chimiste, en abordant l’importance d’utiliser des ressources locales. Après une période rapide de tests et d’échantillons, la première production a été livrée en avril.  Près de 1000 litres de désinfectant pour les mains sont produits au Laboratoire Taïga chaque semaine, avec la possibilité d’en produire jusqu’à 3000 litres au besoin.

« C’est vraiment excitant. C’est quelque chose de nouveau, on se sent utile », observe Madame Ruzindana. « C’est rassurant aussi de savoir qu’on est capable d’avoir un produit pour tout le monde et qu’on participe à notre niveau. »

« C’est un avantage de voir qu’on est capable de produire quelque chose qui va protéger des vies, surtout pour les gens qui sont le plus exposés », conclut la responsable du projet.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@apf.ca

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 12 mai, 2020
  • Dernière mise à jour 12 mai, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article