Des rencontres musicales identitaires pour les jeunes du CECCE

Tout au long de l’événement Mercredi social, qui s’est terminé le 10 juin, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a voulu rassembler ses élèves autour d’un moment musical agréable. Mais l’objectif était aussi de mettre de l’avant l’esprit communautaire francophone et le talent indéniable de ceux et celles qui ont fait les premières parties d’artistes professionnels. Nous en avons rencontré quatre.

_______________________

André Magny — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

Ils interprétaient généralement une chanson ou une pièce musicale de leur choix. Ils l’ont fait avec brio. À voir leur prestation, ces élèves étaient «très inspirants» de l’aveu de Sandy Chirol, conseillère aux communications pour le CECCE.

On sentait chez les organisateurs des concerts une grande fierté de pouvoir mettre de l’avant le talent de ces jeunes, à commencer chez les animateurs Martin Lapointe et Jacinthe Dupont et chez tous ceux et celles de l’administration du CECCE qui les ont accompagnés virtuellement pour présenter les concerts. Sandy Chirol leur a même confié qu’ils avaient apporté «un vent de fraîcheur» et que «toute l’équipe avait été heureuse de [les] avoir fait briller.»

Une première expérience

Pianistes, guitaristes, autrices-compositrices ou interprètes, c’était pour la plupart la première fois qu’ils donnaient une prestation virtuelle.

Bien qu’il ait éprouvé quelques difficultés techniques à cause d’Internet, Zachary Martin, auteur, interprète et élève à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges a trouvé que «c’était pas mal intéressant» comme expérience. Ce qu’il a surtout apprécié avec le Mercredi social, c’est le message d’espoir lancé en plein confinement par le CECCE à ses élèves. «Ils ne nous ont pas abandonnés», estime celui qui écrit des chansons parfois inspirées par les travers de la société.

Pour le claviériste David Gauder-Lerer, élève à Franco-Cité d’Ottawa , le fait d’avoir été choisi reflète que pour le CECCE, «dans une école reconnue pour le sport» il y a aussi de la place pour le côté artistique des élèves.

Camille Viau, qui a interprété d’une voix cristalline aux accents jazz La vie en rose d’Édith Piaf lors de son passage au Mercredi social, a affirmé que «le stress de chanter en public est plus naturel» que le stress ressenti lors d’une prestation virtuelle. Elle sait de quoi elle parle, puisqu’elle a déjà séduit avec sa voix un aréna bondé de membres du personnel du CECCE!

S’exprimer en français

En première partie de Mélissa Ouimet, derrière le piano et mettant à profit sa formidable écriture, Kaede Nguyen est venue interpréter sa propre composition intitulée Ça suffit. Cette chanson traite de la maladie mentale : Kaede Nguyen y parle d’utiliser la musique pour faire taire cette voix intérieure si obsédante pour celles et ceux qui doivent la subir au quotidien.

La prestation de Kaede était aussi une façon «de présenter en français ma musique sur une plateforme» comme YouTube, où étaient diffusés les événements du CECCE.

Tous les jeunes artistes rencontrés ont exprimé sensiblement la même reconnaissance face au personnel et aux enseignants du CECCE : ils les remercient de leur avoir appris que la sauvegarde de leurs racines et l’expression de leurs émotions passaient aussi par l’utilisation du français.

«Je veux montrer à ma communauté qu’on peut composer en français», confie Camille Viau. Même son de cloche pour Camille Landry, qui a davantage l’habitude de faire de l’impro en français que de chanter. Le 13 mai dernier, elle a tout de même partagé l’écran numérique avec nul autre que Damien Robitaille et a présenté sa chanson au son de son ukulélé.

Quant à Zachary Martin, il est fier de dire que son groupe, Les Désorganizés, se produit uniquement avec des chansons en français, alors que David Gauder-Lerer estime qu’on peut parler en français, en anglais, mais aussi en musique!

Alors, on remet ça, ces concerts identitaires? «Je le referais à 100 %» lance sans hésiter Camille Landry. C’est ma mère qui serait folle de joie!»

-30-

BP :

  • IJLO_Élèves concerts CECCE 1 : Avec son groupe, David Gauder-Lerer, de l’École secondaire catholique Franco-Cité, joue en français, en anglais, mais compose aussi des pièces uniquement instrumentales. (Crédit : Courtoisie David Gauder-Lerer)
  • IJLO_Élèves concerts CECCE 2 : Kaede Nguyen, du Collège catholique Franco-Ouest, a déjà dans ses bagages plus d’une vingtaine de chansons, ses propres compositions. (Crédit : Courtoisie Kaede Nguyen)
  • IJLO_Élèves concerts CECCE 3 : Lors de son passage au Mercredi social, Camille Viau a su insuffler avec brio une touche jazzée à la célèbre chanson d’Édith Piaf, La vie en rose. (Crédit : Courtoisie Camille Viau)
  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 26 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 26 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article