Des attaques personnelles de Doug Ford envers la vérificatrice générale

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Visiblement insatisfait du rapport de la vérificatrice générale de l’Ontario Bonnie Lysyk sur la gestion de son gouvernement dans la lutte contre la COVID-19, le premier ministre Doug Ford a passé presque l’entièreté de sa conférence de presse quotidienne à lancer des commentaires sarcastiques et à attaquer l’intégrité de Mme Lysyk.

« Je suis vraiment heureux que la vérificatrice générale ait obtenu un diplôme en santé et soit devenue médecin au cours de la dernière année », a insisté Doug Ford, rejetant sarcastiquement les récentes conclusions de la vérificatrice. 

Dans son rapport publié mercredi, Mme Lysyk souligne notamment que la province de l’Ontario a été plus lente que les autres à s’attaquer au virus et que le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario n’a pas dirigé l’intervention du gouvernement face au coronavirus.

À LIRE AUSSI : Le gouvernement Ford a réagit plus lentement que les autres

Le Dr David Williams sous la loupe de la vérificatrice générale

  1. Ford s’est d’ailleurs défendu en affirmant que c’est lui qui prend les décisions, et non le Dr Williams, et qu’il n’y a aucun écart entre lui et son « copilote ». 

« Limitez-vous à votre boulot, celui pour lequel nous vous avons embauchée, et attardez-vous aux nombres. N’essayez pas d’être un médecin, parce que vous n’en êtes pas une », a aussi lancé le premier ministre à l’endroit de Bonnie Lysyk. 

La vérificatrice s’est effectivement penchée sur les « nombres » durant ses recherches. 

Cela lui a d’ailleurs permis de découvrir que le gouvernement a établi une toute nouvelle structure pendant l’état d’urgence pour gérer la crise, plutôt que d’utiliser celle qui avait déjà été mise en place. Le résultat: un consultant externe a été embauché pour 1,6 millions $, des coûts qui seraient supérieurs aux standards de l’industrie. 

La vérificatrice générale, une comptable agréée, est membre indépendante de l’Assemblée législative et a été nommée pour ce rôle en 2013. 

À l’époque où ils étaient à l’opposition, les conservateurs ont souvent louangé Mme Lysyk pour les critiques qu’elle faisait à l’endroit du gouvernement libéral de Kathleen Wynne.

« Limitez-vous à votre boulot, celui pour lequel nous vous avons embauchée, et attardez-vous aux nombres. N’essayez pas d’être un médecin, parce que vous n’en êtes pas une. »

Doug Ford

La ministre de la Santé de l'Ontario contredit la vérificatrice générale

La vice-première ministre de l’Ontario et ministre de la Santé Christine Elliott est en désaccord avec « certains aspects » du rapport. 

Le document de 260 pages « est à bien des égards une description erronée de la réponse de la province à la pandémie », selon la ministre Elliott. 

Malgré les nombreuses failles soulignées par la vérificatrice à l’endroit du médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, la ministre de la Santé continue de se porter, elle aussi, à sa défense et de réitérer son appui. 

« J’ai une confiance complète envers le Dr Williams. Il a plus de 30 ans d’expérience, non seulement au niveau provincial mais aussi local. Il a le savoir de continuer et de nous mener à travers la pandémie. Il a été un vrai leader à travers cette pandémie. »

Elle réfute aussi l’affirmation de la vérificatrice générale selon laquelle le Dr David Williams n’a pas dirigé l’intervention du gouvernement face au virus. 

« Il nous a fourni des recommandations depuis la première journée. »

Ce n’est pas vrai que l’Ontario a réagi plus lentement que les autres provinces, a aussi relaté Mme Elliott.

Quelques minutes après le dépôt du rapport, le bureau de la ministre a envoyé aux médias un tableau qui compare les données de la COVID-19 de l’Ontario à celles des juridictions autour, afin d’appuyer son argument voulant que la situation en Ontario est l’une des moins pires en Amérique du Nord.

La vérificatrice générale surprise par cette réponse

Bonnie Lysyk s’est dite un peu surprise par les propos de la ministre Elliott en réponse à son rapport. 

La vérificatrice a fait savoir en conférence de presse que des bureaucrates de haut niveau du gouvernement Ford ont approuvé son rapport.  

Elle aussi rappelé que son objectif n’est pas de blâmer personne, mais bien de répondre aux failles mises en lumière par son Bureau.

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 25 novembre, 2020
  • Dernière mise à jour 25 novembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article