Dans l’arène

Émilie Pelletier

epelletier@ledroit.com

Initiative de journalisme local 

 

Queen’s Park

Toronto —  

 

« Mike Schreiner aux démons… »

En envoyant son courriel, cette semaine, le chef du Parti vert Mike Schreiner n’a certainement pas pensé que son titre donnerait l’impression qu’il parle aux démons. 

C’est que son titre, Schreiner to demonstrators: let’s save Duffins Creek-, qui signifie « Schreiner aux manifestants : sauvons Duffins Creek », a été coupé en deux lors de son envoi dans la boîte courriel des journalistes. 

Ainsi, la seule partie lisible de son titre, « Schreiner to demons... », laissait présager que l’environnementaliste s’était tourné vers des moyens plutôt sordides pour convaincre le gouvernement Ford de se soucier de l’environnement. 

Pas le droit de sermonner le sermonneur

Le mansplaining est une expression qui désigne une situation où un homme explique à une femme quelque chose qu’elle sait déjà, sur un sujet dont elle est experte, en utilisant un ton condescendant. 

Cette semaine en chambre, le président Ted Arnott a averti le conservateur Steve Clark après qu’il ait tenté de corriger une déclaration de son interlocutrice néo-démocrate Sandy Shaw. 

« Merci pour le mansplaining », a poursuivi sarcastiquement la députée. 

En une fraction de seconde, le président l’a avertie à son tour et lui a ordonné de retirer ses propos, ce qu’elle a fait immédiatement.

Bref, le sermonneur a sermonné un sermonneur pour ensuite sermonner celle qui n’a pas aimé être sermonnée. 

Fordisme de la semaine

« Heureux comme du punch aux fruits. »

C’est ainsi que Doug Ford a qualifié les membres des communautés de Premières Nations du nord de l’Ontario, jeudi, lorsque le gouvernement a décidé de vacciner ces individus contre la COVID-19 en priorité. 

Le premier ministre répondait à une question du député néo-démocrate Sol Mamakwa, qui lui demandait si le gouvernement avait un plan pour vacciner les Autochtones des milieux urbains de la province. 

« Les communautés autochtones hors réserves ne sont pas heureuses comme du punch aux fruits quand on parle de la pandémie », a rétorqué le député Mamakwa en réponse au premier ministre. 

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 13 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 12 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article