COVID-19: l’Ontario doit repousser son objectif de vaccination

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

L’Ontario avait prévu que tous les résidents de foyers de soins de longue durée de la province auraient reçu leur première dose du vaccin contre la COVID-19 d’ici vendredi. En fin de compte, cet objectif ne sera pas atteint. 

En raison des problèmes d’approvisionnement du vaccin de Pfizer-BioNTech et de la propagation des nouveaux variants de la COVID-19, le gouvernement Ford avait décidé, en début de semaine dernière, de suspendre la vaccination des travailleurs de la santé et d’accélérer celle des populations vulnérables.

Il était donc prévu qu’une première dose du vaccin soit offerte, d’ici le 5 février, à tous les résidents de foyers de soins de longue durée, de maisons de retraite à risque élevé et des foyers de soins pour aînés des Premières Nations.

« Je ne saurais trop insister sur le fait que c’est frustrant. »

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

La province était ainsi en voie de vacciner ces communautés 10 jours plus tôt que ce qui avait été prévu au départ.

Retards de livraison

Toutefois, les experts de la santé publique de l’Ontario n’avaient pas prévu que des retards de livraison des vaccins de la compagnie Moderna surviendraient également. 

«Je ne saurais trop insister sur le fait que c’est frustrant», a soutenu le premier ministre Doug Ford, en conférence de presse, mardi, à propos de la «pénurie» de vaccins.

En matinée mardi, les spécialistes ont fait savoir qu’en conséquence directe des retards d’expéditions, la province ne pourra administrer les premières doses dans ces lieux que d’ici le 10 février. 

Le 29 janvier, le gouvernement fédéral a avisé la province que l’attribution du vaccin de Moderna pour la semaine du 1er février serait diminuée de 18 200 doses, soit d’environ 22%. 

Ainsi, l’Ontario doit recevoir 63 400 doses du vaccin de Moderna d’ici la fin de la semaine. 

Incertitude

Or, l’Ontario n’a reçu aucune information de la part d’Ottawa quant aux livraisons du vaccin après la semaine du 22 février. 

Une autre conséquence directe à l’incertitude liée à l’offre des vaccins: la deuxième dose du vaccin de Pfizer sera dorénavant administrée à un intervalle pouvant atteindre les 42 jours, à l’exception des résidents des établissements pour aînés, qui pourront recevoir leur deuxième dose dans les 21 à 27 jours d’intervalle recommandé. 

***

À LIRE AUSSI: COVID-19: 745 nouvelles infections en Ontario

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 2 février, 2021
  • Dernière mise à jour 2 février, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article