COVID-19: La francophonie sera entendue par la commission d’enquête dans les FSLD

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Article réservé aux abonnés

Des organismes francophones auront deux heures pour témoigner devant la Commission d’enquête sur la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée (FSLD), jeudi matin. 

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) sera accompagnée de plusieurs organismes francophones pour témoigner devant les commissaires qui sont chargés d’enquêter sur la situation de la COVID-19 dans les FSLD. 

Ces organismes incluent des entités de planification de services de santé en français, la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO), le Centre d’accueil Héritage, Montfort Renaissance, Soins continus Bruyère et le Foyer des Pionniers de Hearst.

Les médias ne sont pas invités aux sessions de la Commission, mais une transcription des discussions devrait être rendue disponible en ligne peu de temps après leur tenue. 

Campagne en ligne

Après les Fêtes, l’AFO a aussi l’intention de mettre sur pied une campagne pour encourager les francophones à communiquer avec les commissaires pour leur partager leur expérience. 

Cela devrait inclure, dès la mi-janvier, des publications sur les médias sociaux ainsi que des infolettres pour inviter les Franco-Ontariens à partager leur histoire à la Commission, a fait savoir au Droit un porte-parole de l’AFO.

Par ailleurs, la FARFO devrait organiser un passage similaire devant la Commission d’enquête afin d’inclure le témoignage de familles francophones de l’Ontario. 

La date de cette rencontre n’a pas encore été révélée. 

La Commission d’enquête a déjà envoyé deux rapports à la ministre des Soins de longue durée Merrilee Fullerton depuis sa création.

Dans une première lettre envoyée en octobre, les commissaires ont demandé à Mme Fullerton d’augmenter les effectifs dans les foyers pour aînés de la province et d’y améliorer les mesures de prévention et de contrôle des infections, notamment. 

Dans cette lettre, les mots « muselé, piégé » et «frappé de terreur» ont été écrits en exergue pour mettre l’accent sur les sentiments du personnel de ces établissements ainsi que de ceux des résidents et de leurs familles. 

Dans le deuxième rapport, le plus récent, on apprenait qu’un peu plus de 98% des FSLD de l’Ontario n’ont pas reçu d’inspections proactives de la province à partir du moment où les éclosions de la COVID-19 sont apparues.

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 16 décembre, 2020
  • Dernière mise à jour 16 décembre, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article