Courtney Sarault renoue avec le succès mais la pandémie coupe court à sa saison

Courtney Sarault a soufflé ses 20 chandelles vendredi dernier. Même en confinement chez elle, à Moncton, elle conserve toujours son instinct de compétition et son professionnalisme qui lui ont permis l’an dernier de se tailler une place au sein d’Équipe Canada de patinage de vitesse courte piste et de participer à la Coupe du monde. Sa présence, tant espérée, au championnat mondial est malheureusement un rendez-vous manqué en raison de la pandémie de la COVID-19.

______________________

Normand A. Léger

Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

Après une saison 2018-2019 décevante, Courtney Sarault a rebondi en remportant cette année des médailles individuelles ainsi qu’au relais, le tout grâce à  sa détermination et à un changement important d’attitude et dans son entraînement. Elle a obtenu neuf médailles en six compétitions de la Coupe du monde et trois autres au Championnat des quatre continents. Selon elle, son programme d'entraînement en 2018-2019 n’avait pas bien fonctionné, son corps ne répondant pas de façon adéquate.

«C’était ma deuxième année avec Équipe Canada sur le circuit de la Coupe mondiale cette année», raconte l’athlète qui fait des tours de piste sur la glace depuis 13 ans. «J’ai réussi à me hisser dans le top 6 au Canada pour me qualifier pour la Coupe du monde cette saison à la suite  d’une désastreuse saison l’an dernier, pendant laquelle j’ai connu beaucoup de difficultés avec une blessure. Ma performance n’était pas à la hauteur de mes attentes et j’ai raté quelques mois. Cette année, je me suis présentée sans attente précise et sans pression sur mes épaules.»

Elle dit avoir retrouvé le plaisir sur la glace et les succès se sont succédé : «Mon coup de cœur a certes été la médaille d’or au relais 3000m à Shangaï, en Chine, en décembre, alors que nous avons battu deux puissances mondiales, soit la Corée du Sud et les Pays-Bas. C’était excitant de célébrer avec les autres membres de l’équipe.» C’était aussi une première médaille d’or en cinq ans pour le Canada dans cette épreuve.

Courtney explique que l’équipe au relais se cherchait toujours lors de cette compétition. Ses membres n’avaient pas encore établi leur rang lors de la course. «On a connu une excellente année et c’était décevant de voir que les championnats mondiaux soit annulés parce qu’on s’était entraîné toute l’année pour cela, ajoute la patineuse née au Michigan. Cependant, je comprends bien et j’accepte la raison. J’ai pris beaucoup de confiance cette année et j’ai remporté des médailles individuelles, de l’argent et du bronze, ce qui était excitant.»

Courtney Sarault a remporté deux médailles d’argent au 1000m, une de bronze et une d’argent au 1500m, ainsi qu’une d’or, deux d’argent et deux de bronze au relais. Elle avait raflé deux médailles - une de bronze et une d’argent - la saison précédente. Les Mondiaux de patinage de vitesse courte piste 2020 devaient avoir lieu en mars à Séoul, en Corée du Sud.

Le 1500m est la distance qui va le mieux à l’athlète de Moncton, qui doit aussi faire compétition aux 500m et 1000m. Elle indique ne pas être une sprinteuse; le 500m est donc trop court pour qu’elle puisse se démarquer. Elle cherche cependant à s’améliorer dans cette distance. Le 1000m est toujours difficile et très rapide pour elle. Elle apprécie davantage le 1500m, car le départ est un peu plus lent et laisse plus de place à la stratégie.

Alors que la saison 2019-2020 a été celle du «retour», Courtney Sarault a bien hâte à la prochaine saison. Elle devait retourner à Montréal la semaine dernière pour reprendre l'entraînement au Centre national, mais le tout est retardé pour le moment en raison de la pandémie. Entretemps, elle poursuit ses entraînements à domicile. La course, les poids et haltères ainsi que la bonne alimentation sont au rendez-vous tous les jours  pour l’athlète en cette période d’incertitudes. Elle s’est quand même permis un gâteau d’anniversaire vendredi. Elle pense pouvoir bien s’en sortir, même si elle n’arrive pas à patiner cet été en raison de la fermeture des patinoires. «Avec un bon entraînement, il me faudra seulement une semaine pour reprendre le rythme, assure-t-elle. Je dois renforcer mes jambes et surtout garder le “mental” en forme. Une course, c’est 50 pour cent physique et 50 pour cent “mental”. Il faut être bien alerte et concentrée. Je suis une athlète de compétition en courte piste. J’aime les interactions qui sont plus nombreuses qu’en longue piste. Je n’ai pas subi de blessure grave, ce qui est encourageant.»

Coutney a grandi dans une famille sportive qui ne ménage pas les efforts pour se démarquer et faire de son possible pour réussir. Avec l’annulation des Mondiaux, les athlètes ont été soumis à des épreuves pendant deux semaines et elle indique que tous ses temps constituaient des marques personnelles. Ces résultats sont très prometteurs en vue de se tailler une place avec la formation nationale pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022, à Pékin, en Chine, du 4 au 20 février.

Courtney Sarault a déjà été membre du Club de patinage de vitesse des Cyclones de Dieppe. Son entraîneur actuel est Frédéric Blackburn, de l’aréna Maurice-Richard de Montréal. Elle vise maintenant les Olympiques et fera tout en son pouvoir pour y prendre part.

Photo (Courtoisie)

Courtney Sarault en action

 

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 27 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 27 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article