Chez soi sur le territoire

De l’argent du gouvernement fédéral permettra aux familles autochtones des Territoires du Nord-Ouest d’aller vivre « on the land » durant la pandémie.
_______
Karine Lavoie
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Le gouvernement fédéral a annoncé une aide financière de 2,6 millions de dollars, le 30 mars dernier, afin de favoriser les initiatives de distanciation sociale par les communautés du Nord. Ces fonds seront destinés aux familles qui choisiront d’aller vivre sur le territoire. C’est dans le cadre de la réponse des territoires à la COVID-19 que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) et Services aux Autochtones Canada (SAC) ont conclu cet accord avec le soutien des dirigeants autochtones.

La Dre Kami Kandola, administratrice en chef de la santé publique des Territoires du Nord-Ouest, indique que l’initiative At Home On The Land va dans le sens des recommandations générales de la santé publique visant la distanciation sociale pendant la pandémie du coronavirus. Elle explique que de nombreuses familles ont déjà commencé à s’installer dans des chalets et des camps où le maintien des distances physiques est assuré.

Les fonds permettront de soutenir de nombreuses autres familles qui, autrement, ne pourraient pas se rendre sur le territoire en raison du fardeau financier que représente le coût de transport et d’acquisition de provisions nécessaires comme le bois, le combustible, les aliments, le matériel de premiers soins, ainsi que d’autres articles adaptés à leur situation et à leur culture.

« Le financement peut être utilisé pour subventionner le transport et acheter du matériel et des fournitures pour que les membres puissent passer deux semaines ou plus sur le territoire. Cela comprend les dépenses telles que l’essence, l’épicerie, l’équipement de camping, etc. », selon le GTNO. « Les armes à feu et les munitions ne sont pas des dépenses admissibles. »

Le financement sera alloué à une dizaine d’entités, dont plusieurs gouvernements et Nations autochtones, « c’est à chaque entité de déterminer le moyen le plus efficace de distribuer ces ressources à leurs membres », précise-t-il.

Tenir compte des réalités du Nord

Bien que les recommandations des responsables de la santé publique du Canada mettent l’accent sur le fait de demeurer chez soi, les mesures d’éloignement physique conventionnelles peuvent être difficiles à respecter dans plusieurs communautés autochtones où les logements peuvent être surpeuplés. Dans ces conditions et lorsque cela est possible, les déplacements en petits groupes sur le territoire sont alors un excellent moyen d’exercer la distanciation sociale.

« Nous savons que nos communautés [autochtones] sont davantage exposées à cette pandémie sans précédent. Les aînés et les gardiens du savoir nous ont toujours dit "qu’un jour viendra où nous devrons aller sur le territoire" et c’est maintenant le moment », affirme Norman Yakeleya, Chef national déné. « Notre peuple est remarquablement fort et puissant, et nous ferons ce qu’il faut pour assurer notre sécurité mutuelle. Être sur le territoire, c’est notre mode de vie », ajoute-t-il.

Pour plusieurs, ces fonds représentent aussi l’occasion parfaite de retourner aux sources durant cette période difficile. « La possibilité d’aller sur le territoire va bien au-delà des fournitures et de l’équipement », explique Michael McLeod, Député des T. N.-O. « Elle repose sur une riche histoire de connaissances et de compétences traditionnelles partagées par des générations de familles et de communautés des Premières Nations, inuites et métisses dans tous les coins des Territoires du Nord-Ouest. »

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@apf.ca

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 7 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 7 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article