IJL - Ouest

Café-rencontre virtuel du CDÉA : briser l'isolement et nourrir la solidarité des entrepreneurs

En ce vendredi 3 avril, l'hiver semble s'éterniser sur l'Alberta tout comme cette pandémie qui est sur toutes les lèvres. Si certains entrepreneurs de la province sont fragilisés par la situation, d'autres semblent réussir à tirer leur épingle du jeu. Mais tous s'entendent sur l’importance de rester solidaires, optimistes et proactifs pour l'avenir.

__________________

Arnaud Barbet

Initiative de journalisme local - APF

C’est ce qui ressort du premier Café-Rencontre virtuel organisé par le Conseil de développement économique de l'Alberta (CDÉA) auquel une vingtaine d'entrepreneurs francophones ont participé. Après une rapide présentation par le directeur du CDÉA, Étienne Alary, sur la situation économique de l'Alberta et les programmes de soutien mis en place par le gouvernement provincial et fédéral, les participants, d'abord frileux, se libèrent.

En rafale, des échanges défilent sur la complexité et la mise en place de ces dispositions. Les chiffres fusent, les noms des programmes s'entrechoquent et les questions tambourinent. Du règlement des loyers au prix des assurances, en passant par la nécessité ou non de reporter son hypothèque, chacun partage sa situation, ses connaissances, ses points de vues et ses appréhensions.

Une belle dynamique et l'envie d'aider l'autre

Sylvie et Jean-François n'ont pas eu vraiment le choix. Ils ont fermé leur restaurant Chez François, à Canmore, avec un énorme pincement au cœur : « C'était raisonnable pour nous de fermer. Nous avons malheureusement mis à pied tous nos employés. Un ou deux mois, cela va aller, mais si c'est plus long, il va falloir être créatif, proposer une offre, des livraisons », affirme Sylvie. Elle explique, finalement, à quel point il serait difficile pour eux de mettre en place un menu virtuel et un tel service, mais elle reste optimiste et espère réembaucher très vite.

À ces mots, Kathryn Dominique, co-fondatrice de l'entreprise Dominique Digital Media and Marketing Inc., basée à Fort Saskatchewan, leur offre volontiers de l'aide afin de les accompagner dans cette aventure. Elle en profite pour expliquer son activité de marketing sur le web et les réseaux sociaux et propose à chacun un peu de légèreté dans ces moments difficiles: « Nous organisons une Trivia night tous les samedis soir. C'est en ligne, gratuit, et c'est super le fun ! » affirme-t-elle. C'est aussi cela la magie du café-rencontre, de belles idées pour briser l'isolement.

Pendant et après la COVID-19

Finalement, tous s’entendent sur la nécessité d'être inventif et proactif. Un état d'esprit déjà adopté par le directeur général du Quartier francophone, Jean Johnson, notamment pour l'avenir du centre commercial Bonnie Doon, aujourd'hui en difficulté.

« Notre défi, dans un centre d'achats où l'activité commerciale est quasi nulle, c'est de penser à l'avenir et réimaginer nos modèles d'affaires face à la post-pandémie », explique-t-il avec sérénité, sans nier les défis de cette démarche.

Monsieur Johnson souligne la nécessité d'évoluer vers des approches hybrides. « La relation directe avec le client pour les coiffeurs, esthéticiennes, physiothérapeutes et bien d'autres, est difficile à changer », explique-t-il. Mais, pour ces commerces, il suggère de prendre en considération la vente de produits comme une activité à part entière pouvant les soutenir dans ces moments particulièrement difficiles.

C'est un remue-méninge de longue haleine que Johnson espère mener à bien. Il assure que c'est le moment de se préparer dans le calme, avant la reprise, et conclut avec optimisme et humour : « j'espère trouver des pistes et pouvoir vous les propager tel le nouvel évangile des affaires en Alberta ! ». On espère donc en savoir plus lors du prochain café-rencontre.

- 30 –

PHOTOS :

Sylvie et françois.jpg

Sylvie et Jean François, confinés et optimistes, prêts à savourer leur fameux petit déjeuner. Crédit : Courtoisie "Chez François"

 

2-Quartier-Français 2017.jpg

En jaune, le centre commercial Bonnie Doon, aujourd'hui en difficulté suite à la fermeture de la majorité de ces commerces.

Crédit : Courtoisie Jean Johnson

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 7 avril, 2020
  • Dernière mise à jour 7 avril, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article