Bulle Atlantique : à la frontière entre l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick

Depuis le vendredi 3 juillet, l’Île-du-Prince-Édouard a rouvert ses frontières aux résidents des provinces de l’Atlantique. Les gouvernements de l’Î.-P.-É et du Nouveau-Brunswick ont mis en place des contrôles stricts des deux côtés du seul pont qui relie les deux provinces.

_______________

Marine Ernoult

Initiative de journalisme local  –  APF – Atlantique

Le pont de la Confédération vit désormais à l’heure de la bulle. L’Î.-P.-É, qui a vu naître le Canada en 1867 voit enfin son cordon ombilical avec le reste du pays rétabli. Tous les résidents de la région de l’Atlantique sont à nouveau libres de se déplacer à travers les quatre provinces, sans avoir à s’auto-isoler quatorze jours. Que ce soit pour des vacances ou pour se retrouver en famille, ils peuvent librement traverser le détroit de Northumberland. Vendredi 3 juillet, à minuit et une minute, une file d’une centaine de voitures se forme déjà à l’arrivée du pont, côté Î.-P.-É. Jusqu’à 3 h, 400 véhicules franchissent les 13 kilomètres pour entrer à l’Île. Mais la frontière interprovinciale avec le Nouveau-Brunswick se rouvre sous contrôle.

À Borden-Carleton, le gouvernement de l’Î.-P.-É. a improvisé des postes-frontière sous des tentes en plastique qui fonctionnent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Les voitures sont orientées vers cinq files d’attente. Une vingtaine d’agents filtrent la circulation, lentement et dans le calme. Ils demandent des pièces d’identité pour vérifier la résidence, interrogent chaque passager pour savoir s’il présente des symptômes de la COVID-19. Deux jours avant leur arrivée à l’Île, les résidents des provinces de l’Atlantique ont l’obligation de remplir en ligne des formulaires d’autodéclaration qu’ils remettent aux passages frontaliers. Des mesures strictes que les voyageurs, contrariés par un virus sans frontières, acceptent avec compréhension.

«J’en ai des papillons dans le ventre»

Au fil de la matinée, le flux de voitures en direction de l’Île diminue, le trafic est moins encombré. Vers 8 h 30, le premier ministre de l’Î.-P.-É., Dennis King, accueille lui-même les touristes et les visiteurs avec un mot de bienvenue et un sac de pommes de terre rempli de quelques produits locaux : savon, fromage, confiture, ou encore pastilles pour la gorge.

De l’autre côté du pont, pour entrer au Nouveau-Brunswick, on constate également une file de voitures d’une centaine de mètres tout au long de la journée. Environ 30 minutes d’attente durant lesquelles les automobilistes doivent remplir un formulaire d’autodéclaration. Les pièces d’identité afin de justifier de sa résidence sont aussi de rigueur. «C’est fluide, ça se passe bien», commente Isabelle Duclos qui traverse le pont, vendredi vers 9 h 30, pour rejoindre sa famille au Nouveau-Brunswick. La mère de trois enfants, privée de ses proches pendant quatre mois «longs et difficiles», dit-elle, prépare le voyage depuis une semaine. «J’en ai des papillons dans le ventre de pouvoir revoir mes parents et mes amis», confie-t-elle.

Quelques heures plus tard, en début d’après-midi, Victor Daigle franchit également le détroit vers le Nouveau-Brunswick. Il profite de la fin de semaine pour rendre visite à sa famille qu’il n’a pas vue depuis Noël. «Ça fait un long bout, j’ai tellement hâte, je veux profiter de chaque moment avec eux», raconte le quadragénaire, nerveux avant la traversée. «J’ai toujours peur d’une seconde vague», témoigne-t-il Il préfère éviter les grandes villes comme Moncton et les bains de foule dans les centres commerciaux.

Dans les jours et semaines à venir, les touristes, résidents saisonniers et autres visiteurs vont continuer à affluer à l’Î.-P.-É. Un espoir pour le secteur touristique qui espère sauver une saison qui s’annonce, quoi qu’il arrive, bien en deçà des prévisions d’avant la crise.

-30-

PHOTOS : (incluant titre de la photo, légende et crédit du photographe ou courtoisie)

ipe-2: À l'entrée de l'Î.-P.-É., les résidents des autres provinces de l'Atlantique doivent montrer une pièce d'identité.  Marine Ernoult

Ipe-3: Une vingtaine d'agents sont présents en permanence pour contrôler chaque véhicule qui arrive à l'Î.-P.-É. Marine Ernoult

Ipe-4, ipe 8 et ipe 9: À l’arrivée du pont, côté Î.-P.-É., cinq files d'attente ont été aménagées pour les voitures.   Marine Ernoult

Ipe-6 et 7: Vendredi 3 juillet, le gouvernement de l'Î.-P.-É. a offert à tous les voyageurs un sac de pommes de terre contenant quelques surprises.  Marine Ernoult

Ipe-10: Les résidents des provinces de l'Atlantique qui viennent à l'Île doivent remplir en ligne un formulaire d'autodéclaration deux jours avant leur arrivée et le remettre à la frontière.  Marine Ernoult

Ipe-11 et ipe-12: Le pont de la Confédération vit à l'heure de la bulle Atlantique depuis le vendredi 3 juillet.  Marine Ernoult

nb-1, nb-2 et nb-5: Du côté du Nouveau-Brunswick, il y a une seule file de voitures d’une centaine de mètres. Il faut attendre environ 30 minutes.  Marine Ernoult

nb-4: Pour entrer au Nouveau-Brunswick, les formulaires d’autodéclaration et les pièces d’identité sont aussi de rigueur. Marine Ernoult

  • Nombre de fichiers 16
  • Date de création 6 juillet, 2020
  • Dernière mise à jour 6 juillet, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article