Budget ontarien: et les minorités, dans tout ça?

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

La COVID-19 affecte de façon disproportionnée les minorités, y compris les personnes racisées, les Autochtones et les francophones. Le gouvernement Ford a-t-il suffisamment pris en compte ce problème en concevant son budget pour l’année à venir?

« C’est un bon budget qui répond aux besoins actuels de la province (...), mais en ce qui a trait à la population noire, bien que dans le discours du ministre, il dit avoir une volonté de combattre le racisme systémique, je ne vois que peu de sommes qui ont été allouées pour ça », déplore le vice-président de la Coalition des Noir.e.s francophones de l’Ontario (CNFO), Patrick Auguste. 

Le gouvernement de Doug Ford a déposé son budget annuel mercredi. 

Dans le dernier budget ontarien de novembre, il n’existait qu’un seul programme, dont le montant attribué est de 60 millions $, visant directement les Noirs de la province. 

Cette fois-ci, le gouvernement a affirmé vouloir investir plus pour lutter contre le racisme systémique en annonçant un montant de 1,6 million $ sur les deux prochaines années dans le cadre du Programme de subventions pour la lutte contre le racisme et la haine qui appuiera des initiatives communautaires visant à combattre le racisme envers les Noirs et les Autochtones, l’antisémitisme et l’islamophobie. 

« 1,6 millions $, c’est assez peu », constate Patrick Auguste. 

Par ailleurs, parmi les 614 millions $ réservés au soutien à l’emploi et à la formation, 117 millions $ seront consacrés aux personnes les plus éprouvées, soit les femmes, les jeunes, les personnes handicapées, les personnes racisées et les Autochtones, qui connaissent les taux de chômage les plus élevés en cette période de pandémie. 

« Je crois que l’intention est là. 117 millions $ sont destinés aux populations vulnérables, dont les Noirs, donc on ne peut pas dire qu’on est complètement oublié. Mais est-ce suffisant? Moi, j’ai des doutes là-dessus », note le vice-président de la CNFO. 

Patrick Auguste juge que ce montant visant à aider les communautés minoritaires à l’emploi et à la formation doit être plus spécifique, étant donné qu’il existe plusieurs groupes racialisés et que ceux-ci représentent une importante partie de la population. 

À LIRE AUSSI :  Le gouvernement Ford a-t-il écouté les minorités de la province?

Autochtones

Le gouvernement Ford annonce aussi dans son budget qu’il consacrera 50 millions $ supplémentaires à des programmes de vaccination dans des communautés autochtones, où de nombreuses personnes sont plus à risque. « Personne ne sera laissé pour compte », peut-on lire dans le document.

Le gouvernement réserve également 18,2 millions $ sur trois ans pour protéger les femmes et les jeunes filles inuites, métisses et des Premières Nations, qui peuvent subir des taux de violence plus élevés que d’autres. 

Le ministre des Finances et la ministre associée déléguée au dossier de l’Enfance et à la Condition féminine Jill Dunlop mettront sur pied un groupe de travail pour indiquer au gouvernement la marche à suivre afin d’éliminer « les obstacles économiques uniques et disproportionnés auxquels les femmes se heurtent ». 

Francophonie

Le gouvernement de Doug Ford a décidé d’ajouter un million $ supplémentaire à son investissement initial de 2 millions $ dans le Fonds de secours pour les organismes francophones sans but lucratif.

La province a aussi l’intention de mettre sur pied un incubateur d’entreprises francophones pour soutenir les nouvelles entreprises en démarrage et faire découvrir les biens et services franco-ontariens à travers la province. 

L’Ontario s’engage aussi à consacrer annuellement 250 000 $ durant les trois prochaines années à l’appui de projets interprovinciaux menés par des organismes franco-ontariens, dans le cadre de l’Accord de coopération et d’échanges entre les gouvernements québécois et ontarien en matière de francophonie. 

Le budget ontarien comprend cette année une section consacrée au soutien financier alloué aux communautés franco-ontariennes, et dans les 232 pages du document, on y compte 20 fois le mot « franco ».

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 24 mars, 2021
  • Dernière mise à jour 24 mars, 2021
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article