Apprendre l’inuktitut gratuitement

Un cours gratuit d’inuktitut pour les débutants est maintenant offert aux intéressés de Rankin Inlet.
_______
Gabrielle Poulin
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Appolina Makkigak, enseignante de la première année à l’école Leo Ussak de Rankin Inlet, avait l’idée d’enseigner l’inuktitut depuis un certain temps. « C’est un peu ma passion d’aider les autres à comprendre ou même à apprendre l’inuktitut », raconte-t-elle. « Il y a beaucoup de place à l’amélioration pour parler cette langue ».

Le 1er février 2020, elle enseignait son premier cours d’inuktitut pour les débutants. La même journée que le début du Mois de la langue inuite au Nunavut, précise-t-elle. Plus habituée d’enseigner à des enfants qu’à des adultes, l’enseignante a tout de même décidé de relever le défi et de former les intéressés de sa communauté aux bases de sa langue maternelle.

Le cours de Makkigak suit le même curriculum que celui du centre Pirurvik d’Iqaluit, un centre linguistique et culturel inuit qui offre aussi toute sorte de matériel d’apprentissage en inuktitut. C’est d’ailleurs après une visite au centre Pirurvik, où elle a obtenu plusieurs livres d’apprentissage, que l’idée d’enseigner un cours d’inuktitut lui est apparue.

Des cours populaires

Après avoir publié une annonce sur l’un des groupes Facebook de Rankin Inlet, Makkigak était surprise de voir l’intérêt des membres de sa communauté. Quelque temps après la publication et déjà 20 personnes s’étaient inscrites au cours.

Le jour du premier cours, 14 participants étaient présents et prêts à apprendre une nouvelle langue. Cinq autres participants ont décidé de prendre une version du cours en ligne, avec l’appui de Makkigak qui essaie de son mieux d’accommoder les gens intéressés.

« Il y avait beaucoup plus de participants que j’anticipais », s’étonne l’enseignante. « C’est un public différent de celui auquel je suis habituée donc j’étais un peu nerveuse au début. Mais plus ça avance et plus ça me vient naturellement ». Makkigak affirme se sentir déjà plus confiante dans ce nouveau rôle.

Adapter l’enseignement

Même si le cours est offert pour les débutants de l’inuktitut, le niveau de langue des personnes inscrites au cours varie. « Il y a quelques personnes de Rankin qui parlent ou comprennent déjà l’inuktitut », précise Makkigak, « mais la majorité des gens dans le cours viennent du Sud et sont venus pour apprendre la langue ». L’enseignante espère que les participants auront la volonté de continuer à apprendre la langue une fois le cours terminé.

La formule hebdomadaire pour son cours lui a été conseillée par quelques-uns de ses collègues. « Donner un cours de langue en plus d’être enseignante à temps plein, c’est beaucoup de travail », précise Makkigak. En offrant un cours hebdomadaire, l’enseignante se donne la liberté de l’adapter selon les besoins des participants.

« C’est la première fois que j’organise un programme de ce genre », indique-t-elle. « Une fois terminé, je vais réviser le programme et voir s’il y aurait possibilité de redonner le cours dans quelques mois. Peut-être que je pourrais même passer au prochain niveau d’apprentissage avec les participants actuels. »

Financé par l’organisme ontarien Échange Racines canadiennes, le cours est offert gratuitement tous les samedis jusqu’à la fin mars.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@gmail.com

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 19 février, 2020
  • Dernière mise à jour 19 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article