IJL - Ouest

Ange, une franco-albertaine finaliste nationale de la bourse Loran

Ange, une franco-albertaine finaliste nationale de la bourse Loran

Ange Moulaison-Doucette est une élève en 12e année à l'école francophone Alexandre-Taché de Saint-Albert. En septembre, elle était en concurrence avec 5193 autres élèves canadiens pour l’obtention de la Bourse Loran, d’une valeur de 100 000 dollars. Cette première semaine du mois de février, elle faisait partie des seuls 88 finalistes à Toronto.

________________________________________

Geoffrey Gaye

Initiative de journalisme local – APF - Ouest 

Des frais de scolarité dispensés, une allocation de 10 000 dollars par an, et la possibilité d’effectuer un stage à l’étranger l’été prochain. Voilà ce qui avait motivé Ange Moulaison-Doucette à présenter sa candidature. « La Bourse Loran est la bourse d’études de premier cycle la plus exhaustive du pays. Elle permet aux jeunes leaders déterminés de développer leurs talents et de contribuer à un monde meilleur », avait-elle pu lire sur le site internet de présentation.

Les chances de faire partie des lauréats sont minimes pour les élèves de 12e année tentant leur chance. Sur les 5194 participants cette année, seuls 36 jeunes leaders canadiens «qui font preuve d’intégrité, du courage, de détermination, et d’autonomie», sont récompensés.

Tout avait commencé en septembre pour Ange. Lors de son inscription en ligne, cette habitante de Spruce Grove a dû répondre à plusieurs questions en ligne concernant ces engagements communautaires.

Sa liste était longue. « Je suis présidente du conseil étudiant, de l’équipe de débats, je suis membre exécutif du club de justice sociale, et j’ai fondé le club inclusif de l’école. J’ai également participé à un voyage humanitaire au Costa-Rica pour planter des arbres et aider les personnes de différentes façons », résume-t-elle.

« Je me suis impliquée pour donner envie aux élèves de rester »

Fille de parents acadiens installés en Nouvelle-Écosse, Ange a grandi en Alberta. Elle se dit assumer avec fierté d’être de la première génération Franco-Albertaine de sa famille. « Je suis incroyablement fière des francophones et j’aime m’impliquer dans la communauté. Si je me suis autant investie, c’est parce que les écoles francophones ont souvent la réputation d’être moins bien que les anglophones car elles offrent moins de services. Je me suis impliquée pour créer des programmes et donner l’envie aux élèves de rester », dit-elle.

Après avoir reçu la confirmation qu’elle faisait partie des 500 candidats sélectionnés, Ange dispute la demi-finale le 12 décembre. Elle passe la journée entière à l’Université de l’Alberta, où elle enchaîne quatre entrevues. Elle retient de cette journée les rencontres qu’elle a pu faire. « J’ai aimé rencontré plein de jeunes vraiment inspirés», raconte-t-elle. Sur les 20 demi-finalistes pour le nord de l’Alberta, elle fait partie des quatre sélectionnés pour la finale.

Ce 30 janvier, en direction de l’aéroport et départ pour Toronto. Ange a passé deux journées en Ontario pour la finale. Des entrevues individuelles, des entretiens avec un panel, et la rencontre de plein de personnes incroyables. « Il y avait par exemple cette fille québécoise qui travaillait dans une organisation pour donner des soins médicaux à des personnes qui n’ont pas l’occasion d’en recevoir pour des raisons financières ». Ange n’a malheureusement pas eu la chance d’être sélectionnée parmi les lauréats de la bourse. Mais nul doute qu’elle se dirige vers un bel avenir.

-30-

 

 

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 4 février, 2020
  • Dernière mise à jour 4 février, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article