André Beaupré : nomade volontaire

Au printemps 2019, André Beaupré a choisi de se départir de tous ses biens en organisant une journée portes ouvertes à son domicile. Le but ultime? Donner aux gens des objets dont ils avaient réellement besoin. C’est à la suite du décès d’un ami proche qu’il a décidé de vivre une vraie vie de nomade volontaire.
________
Maxime Beaudoin
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

Un quoi, un nomade volontaire? André Beaupré est habitué de se faire poser la question : « Oui, l’Humain était nomade à l’origine. Et volontaire, car je fais le choix conscient de revenir au mode de vie initial de l’Homme. Je fais le choix de ne pas avoir de port d’attache. » Selon l’homme ayant grandi à Saint-Constant sur la Rive-Sud de Montréal, la vie idéale est sans argent et basée sur le bénévolat, où chacun fait ce qu’il aime. Tout le monde vivrait de ses passions.

Installé à Iqaluit depuis l’automne 2019, il continue son chemin de nomade volontaire en travaillant à l’École des Trois-Soleils comme moniteur de français. Il a deux missions : faire parler les élèves en français et les aider à se construire leur propre identité francophone. Ce travail lui permet d’en apprendre davantage sur une nouvelle réalité : être francophone en situation minoritaire. Qu’est-ce qu’un Franco-Nunavois? Quelles sont les caractéristiques qui permettent de le distinguer d’un Québécois par exemple? Ainsi, M. Beaupré peut mieux connaître sa nouvelle terre d’accueil, celle qui lui permet de vivre, celle où il marche et respire.

Il a également décidé de transformer la salle de francisation de l’école en vrai studio de télévision et de radio. C’était important pour lui de donner un espace de création aux élèves. C’est une sorte de cachette où lui et ses élèves peuvent se retrouver et créer. Il y a des instruments de musiques, des marionnettes, on peut y faire des jeux d’ombres, de l’improvisation et donner libre cours à son imagination.

Depuis quelque temps, André Beaupré travaille aussi sur un nouveau projet de balado qu’il a nommé Nomade boréal. Il veut faire découvrir ou redécouvrir aux gens le territoire du Nunavut en apportant avec lui du matériel pour s’enregistrer et décrire ce qu’il voit. « Le concept c’est comme si j’étais avec un ami : je prends une marche, on parle de plusieurs sujets, il n’y a pas de scripts, c’est une discussion naturelle, improvisée, selon ce qui se passe », décrit-il. « Beaucoup de gens viennent au Nunavut et ne prennent pas la peine de visiter et de profiter de la splendeur de la toundra! »

Le Nunavut est un bel endroit pour repartir à zéro selon André Beaupré. « On peut faire un ménage dans sa tête, se libérer des concepts imposés par la société et du rêve américain d’avoir une belle grande maison et la voiture de l’année afin d’être réellement heureux. Ici, le silence est fort, il te parle. C’est tellement profond. »

En vivant au Nunavut, il s’est aussi rendu compte que l’Humain est vulnérable et que la vie est fragile. « Ici, tu peux mourir de froid et de faim. Ce n’est pas banal, il faut donc faire bien attention et réfléchir », ajoute-t-il.

Pour le moment, André Beaupré n’utilise que le support audio pour partager ses histoires avec Nomade boréal. Cependant, il aimerait dans un futur rapproché filmer ses marches pour donner encore plus envie aux gens de visiter le Nunavut. Comme on dit, une image vaut mille mots. Il pense même inviter des gens à marcher avec lui lorsque la situation le permettra, afin d’avoir un échange réel, un contact humain et profond. Pour la première saison, il parlera des banquises, de la toundra, des différentes baies et communautés entourant Iqaluit. En ce qui a trait à la deuxième saison, il pense élargir son terrain de jeux en parlant de communautés plus éloignées.

Beaupré ne manque pas de projets. Il planifie aller cette année à Kimmirut, une communauté de quelques centaines d’âmes au sud-ouest d’Iqaluit. Cette expédition aller-retour se fera sur une vingtaine de jours selon lui. Le nomade volontaire veut avoir le moins d’impact possible sur l’environnement, c’est pourquoi il prône la marche pour la majorité de ses déplacements.

Nomade boréal est disponible chaque lundi et dimanche sur les ondes de CFRT 107,3 FM à 19 h.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@apf.ca

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 5 mai, 2020
  • Dernière mise à jour 5 mai, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article