Aasiva : Parcourir le territoire pour partager l’amour de la musique

Une chanteuse d’Iqaluit visite trois communautés nunavoises pour offrir des ateliers de ukulélé.
__________
Élise Vaillancourt
Initiative de journalisme local – APF – Nunavut

Dans le courant des mois de novembre et décembre, Aasiva, auteure-compositrice-interprète originaire de Pangnirtung, a voyagé dans trois différentes communautés du Nunavut afin d’y enseigner le ukulélé, en plus d’offrir des performances et des instruments de musique aux écoles de ces mêmes communautés.

Après Clyde River et Pond Inlet en novembre, Aasiva a visité les élèves d’Arctic Bay à la mi-décembre dans le cadre de sa tournée de Uke’cray. Concrètement, il s’agit d’une fin de semaine de découverte des bases du ukulélé en groupe. Âgés entre 13 et 18 ans, les participants ont pu apprendre des accords, des rythmes et deux chansons.

C’est en 2018, à seulement 21 ans, qu’Aasiva s’est imposée dans le paysage musical avec le lancement de son premier album. Le son caractéristique « Indie-folk » de l’artiste, maintenant établie à Iqaluit, n’est pas passé inaperçu : elle a récolté deux nominations lors des Indigenous Music Awards de 2019 dans les catégories « Meilleur album folk » ainsi que « Découverte de l’année ».  Entremêlant chant de gorge et le côté joueur du banjo, Aasiva nous proclame en inuktitut son amour pour la culture inuite et le territoire qu’elle habite.

Plus que la musique, la guérison

Colleen Aasiva Nakashuk, de son vrai nom, souligne l’importance que l’introduction en bas âge à des instruments de musique a eu pour elle : « Je me souviens de quelqu’un qui venait dans notre école et qui nous donnait des instruments de musique, » raconte la chanteuse. « Ce fut un moment très important pour moi, car ça m’a permis de m’exprimer et de faire carrière dans la musique. ». Elle souhaite à son tour pouvoir proposer un lieu pour l’expression de soi dans la musique aux jeunes Nunavummiut : c’est en ce sens que l’artiste profite également de son passage dans les communautés pour offrir des ukulélés aux institutions scolaires locales.

Plus que l’enseignement de la musique, il s’agit de reconnaître comment celle-ci a une fonction importante pour le bien-être des communautés. Pour Aasiva, « ce projet vise à enseigner le ukulélé aux jeunes Inuit comme un mécanisme positif d’adaptation ainsi qu’un outil puissant pour l’expression de soi ».

Hitmakerz : pour une relève musicale inuite forte et prospère

La compagnie de disque Hitmakerz, fondée en 2016 par Thor Simonsen, un entrepreneur et un producteur originaire d’Iqaluit et par Kelly Fraser, une artiste et une activiste originaire de Sanikikuaq, s’est dotée de la mission de créer des carrières durables pour les artistes du Nunavut, ce qui implique aussi de préparer la relève. C’est cette équipe qui est derrière l’initiative Uke’Cray, le troisième projet de formation mis en place par Hitmakerz. Lier l’expression artistique et le bien-être des Nunavimmiut est au cœur du projet, en cherchant à renforcer la confiance et l’estime de soi chez les participants.

Il s’agit ainsi de promouvoir l’expression artistique comme moyen d’expression et de guérison. Par le fait, Aasiva et Hitmakerz tracent la voie aux plus jeunes, qui pourront s’ajouter à la communauté grandissante d’artistes Inuit choisissant de performer en inuktitut et de devenir, du même coup, des ambassadeurs culturels.

-30-

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 17 décembre, 2019
  • Dernière mise à jour 12 décembre, 2019
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article