À Charlottetown, le codage pour tous

L’organisme Canada en programmation enseigne le code informatique à travers tout le Canada, aussi bien à des enfants qu’à des aînés. À l’Île-du-Prince-Édouard, une session de formation était organisée pour permettre à des adultes de découvrir ce qu’il y a derrière l’écran. 

________________

Laurent Rigaux - Initiative de journalisme local - APF - Atlantique

«Le body, c’est ce qui s’affiche.» «Le head, c’est derrière l’écran.» «h1 est plus important que h6.» «Vous devez connaître le nom du chemin.» Si vous ne comprenez rien, ne vous inquiétez pas. C’était aussi le cas de la quinzaine de personnes qui a assisté, le mardi 28 janvier, à un cours de code pour adultes à la bibliothèque du Centre des Arts de la Confédération, à Charlottetown. 

Du moins au début. Car après deux heures, certains avaient du mal à décrocher de leurs écrans. 

«On commence dès la garderie»

La formation était donnée par Steve Dawson, de Canada en programmation (ou Canada learning code, CLC). Cet organisme enseigne l’art du code partout au pays aussi bien aux adultes qu’aux plus jeunes. «On commence dès la garderie», explique Marcy Walton, membre de l’équipe mobile de CLC à Moncton et présente aussi ce soir-là. Elle et son acolyte sont basés au Nouveau-Brunswick. Ils se déplacent à travers cette province et l’Î.-P.-É. pour enseigner le code dans les écoles ou lors d’évènements comme celui de Charlottetown.

Dans le public, il n’y a pas de profil type. Dix femmes, six hommes, de tous les âges. Une jeune participante confie qu’elle doit s’occuper d’un site internet pour son travail. «J’ai envie de voir ce qu’il y a derrière, explique-t-elle. Ça peut être pratique de savoir, pour pouvoir modifier.» Une autre, plus âgée, s’occupe du site d’une association non gouvernementale à l’Île. «Je regarde parfois des leçons sur YouTube, raconte-t-elle. Mais on ne sait jamais ce qui arrive si on se trompe. Peut-être que ça va planter!». Un homme, originaire du Nigéria et étudiant en pharmacie à l’Université de l’Î.-P.-É., trouve le codage fascinant : «J’ai vu des gens le faire, mais je n’y avais jamais touché.» 

«Attention à vos guillemets!»

La séance passe vite, très vite. Une fois les bases posées - «Le code, c’est quoi?» -, les personnes présentes peuvent commencer à bidouiller quelques lignes, en utilisant un logiciel appelé Glitch. Très didactique, il permet de se lancer avec un peu d’aide. Il s’agit de modifier un code simple, afin d’afficher un texte à l’écran. 

«Attention à vos guillemets!», lance Steve Dawson aux apprentis codeurs. Oublier des guillemets, barres obliques, points-virgules ou doubles points dans son code ne pardonne pas, ils font partie de la syntaxe de base des langages html et css

«Bonjour à toutes et tous! Lisez La Voix acadienne, le seul journal francophone de l’Île-du-Prince-Édouard!» Voici ce que l’auteur de ces lignes aura réussi à faire en deux heures. Du côté des autres participants, on est tout excité à l’idée d’emporter ces nouvelles connaissances à la maison. La jeune femme qui s’occupe d’un site internet va «continuer à creuser», alors que l’étudiant en pharmacie trouve cela «plus facile» qu’il ne pensait initialement. 

Une fois tout le monde parti, il reste une dame, la soixantaine, le nez dans l’écran. «J’ai tellement aimé ça, confie-t-elle. J’étais venue par curiosité, je vais continuer». Mission accomplie pour Marcy Walton et Steve Dawson. Le lendemain, ils seront à l’association des femmes de l’Î.-P.-É. pour recommencer la leçon.


- 30 - 

Photo : Codage 

Crédit photo : Laurent Rigaux

Légende : Une quinzaine de personnes étaient présentes pour le cours de codage pour adultes à Charlottetown, le mardi 28 janvier 2020. Debout à l’arrière, Steve Dawson de l'organisme Canada en programmation. 

Autres photos disponibles sur demande auprès de ijlatlantique@gmail.com 

- 30 -

 

  • Nombre de fichiers 2
  • Date de création 30 janvier, 2020
  • Dernière mise à jour 31 janvier, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article