À 15 ans, Lina Algadi est la plus jeune diplômée du secondaire au N.-B.

Lina Algadi, 15 ans, de Moncton recevait, la semaine dernière, son diplôme d’études secondaire de l’école L’Odyssée des mains de ses parents. Elle devenait alors la plus jeune diplômée du secondaire au Nouveau-Brunswick.

______________________________

Claire Lanteigne

Initiative de journalisme local – APF − Atlantique

Lina raconte que durant la cérémonie de remise des diplômes, elle a vu ses efforts récompensés  en apprenant qu’elle était la récipiendaire de la Médaille académique du Gouverneur général. «C’est tout un gros sentiment de récolter les fruits de son travail, dit-elle. J’étais tellement fière de recevoir cette médaille. Ce fut un très beau moment, je ne m’y attendais pas et j’ai tellement pleuré.»

La jeune diplômée valorise l’engagement. Ayant pu en faire usage dans ses études, elle dit s’être démarquée lors des dictées scolaires ainsi que lors, des concours de mathématiques et linguistiques. Elle aime écrire et c’est assurément une de ses forces. Elle souligne que cela enrichit sa créativité.

«Non seulement ai-je pu parfaire mes écrits, mais j’ai aussi pu me démarquer par ce que je dis; tel qu’en étant la capitaine de l’équipe de débats de mon école.»  Elle a consacré des centaines d’heures de recherches sur la question du tournoi provincial de débats qui était : «Est-ce que la protection de l’environnement devrait primer sur le développement économique?» Elle a guidé ses coéquipières et son équipe a pu remporter la 3e place.

De plus, sa nouvelle littéraire «La lumière retrouvée au bout du tunnel» a été sélectionnée en tant que texte gagnant du concours provincial d’écriture de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick. Cette nouvelle se déroule au 20e siècle dans un village qui se retrouve en pleine guerre. L’histoire est racontée par le personnage de Kartik Sleiman, un jeune homme orphelin qui retrouve, de façon inattendue, la lumière au bout du tunnel. On peut lire le texte en ligne sur Astheure.com.

Lina Algadi est également sportive : elle joue au basketball depuis l’âge de sept ans. Elle a joué avec l’équipe de l’école et dans la Ligue de basketball de Moncton. Son équipe a gagné la médaille d’or en 2018-2019.

Un cheminement scolaire unique

Après avoir terminé - au niveau primaire - le premier semestre de sa huitième année  à l’école Champlain, Lina est passé au niveau secondaire directement au deuxième semestre de la 9e année à l'école l'Odyssée.  Elle a donc sauté le deuxième semestre de la 8e année et le premier semestre de la 9e année. Elle est passée en math 10e année au mois de mars, car elle avait fait tout le programme de 9e  durant le premier semestre de la 8e année. Elle était alors dans la classe de mathématiques 10 BC à l’âge de 13 ans, et elle a complété le cours en trois mois au lieu d’un an. Par la suite, lorsqu’elle était en 10e année, elle a fait ses cours de français 10 et mathématiques 11C en un semestre, alors elle a pu prendre sa chimie 1, physique 1, bio 1 et anglais 11 au deuxième semestre. En 11e année, elle a fait son français 11 en un semestre et a pu suivre les cours de sciences requis pour son programme universitaire.

«Donc, poursuit-elle, la deuxième année que j’ai sautée était plutôt accomplie d’une différente manière. Je l’ai fait en complétant tous mes cours de mathématiques et de français en un semestre». Ces cours ont une durée habituelle d’un an; elle a donc eu l’occasion de suivre d’autres cours afin de les remplacer. «J’étais considérée une 11e année au début de cette année scolaire, mais mon année scolaire a changé à 12e année au deuxième semestre, car j’avais tous les crédits nécessaires pour une finissante, dit-elle.» Et elle a, en plus, terminé sa 12e année avec deux crédits supplémentaires.

Pour Lina, sauter une année n’était pas aussi facile au début, mais elle dit être devenue une meilleure personne et a développé l’habileté de s’adapter, ce qui est le plus précieux. «Ultimement, mon cheminement scolaire était un chapitre unique en son genre. Ma transition au secondaire à un jeune âge m’a permis d’évoluer en une meilleure personne et j’en ai beaucoup appris.»

Pour boucler le tout, elle va étudier cet automne à l’Université de Moncton en sciences de la santé, un programme de deux ans, dans l’espoir d’être ensuite admise en médecine. «Je souhaite utiliser mes compétences et mes connaissances de manière productive pour être au service de tous ceux qui m’entourent, poursuit-elle. En tant que médecin, j’espère redonner à cette communauté, car je suis reconnaissante pour tout ce qu’elle a fait pour moi.»

Elle suit les traces de son frère Mohammad qui vient de terminer son DSS et va débuter ses études en médecine à l’Université de Sherbrooke, campus de Moncton, en septembre. «Nous avons décidé de changer la carrière familiale», dit-elle en riant., «Nos parents sont tous deux ingénieurs et nous serons médecins.» Elle a aussi deux plus jeunes sœurs.

«Je suis très reconnaissante de l’appui de mes parents. Je n’aurai pas pu faire le trajet que j’ai fait aussi facilement sans eux.»

Lina a obtenu une bourse d’entrée de 3 000 $ de l’Université de Moncton et une de 500 $ du Tournoi provincial de débats pour la 3e place obtenue par son équipe. Elle va suivre un cours universitaire cet été.

-30-

Photos :

1 – Lina Algadi pose fièrement avec son diplôme de l’école L’Odyssée.

2 – Lina est en compagnie de ses parents Ali Algadi et Eman Ibraheem.

3 - Équipe participante au Tournoi provincial de débats de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick. De gauche à droite: Émilie David, la stratège de l’équipe; sa coéquipière débatteuse, Eleanor Patterson et Lina Algadi. (Courtoisie)

4 – Photo officielle Lina Algadi

  • Nombre de fichiers 5
  • Date de création 22 juin, 2020
  • Dernière mise à jour 22 juin, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article