20e année de participation aux Jeux d’hiver de l’Arctique reportée

Discussion avec une coach de l’Équipe Nunavut sur l’impact de l’annulation de l’événement pour les athlètes.
________
Alexandre Michaud
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

C’est du 15 au 21 mars que devaient avoir lieu les Jeux d’hiver de l’Arctique de 2020 à Whitehorse. Le 7 mars, à la grande déception de l’équipe de patinage de vitesse de l’Équipe Nunavut, la société hôtesse de l’événement annonce l’annulation des Jeux 2020 en réponse au coronavirus. Cette année marquait non seulement les 50 ans de cette compétition internationale multisports et multiculturelle des nations arctiques, mais aussi le 20e anniversaire de participation de l’Équipe Nunavut.

Une grande déception

Dans une lettre à l’Équipe Nunavut 2020 ainsi qu’à ses partisans, Mariele Depeuter, Cheffe de mission, a déclaré trouver la décision d’annuler les jeux « très décevante » mais d’aussi reconnaitre qu’elle soit dans le meilleur intérêt des participants, de leurs familles, des spectateurs et des bénévoles, bien qu’il « n’en demeure pas moins qu’elle soit difficile ».

Pour les athlètes, la nouvelle a été dure à accepter. « Ça a été une onde de choc pour l’équipe. C’était surréel. On était à 6 jours de partir, on avait déjà nos uniformes », rapporte Martine Dupont, coach de l’équipe de patinage de vitesse. « Il y a eu beaucoup de larmes », se remémore-t-elle, après avoir appelé individuellement chaque patineur pour leur annoncer la nouvelle.

Douze patineurs étaient sélectionnés pour représenter l’Équipe Nunavut au patinage de vitesse : 4 patineuses juniors (15-18 ans), 8 patineuses et patineurs juvéniles (12-14 ans), ainsi qu’un remplaçant. « On se préparait à pousser les limites de ce qu’on avait déjà fait il y a 2 ans », affirme Dupont en se rappelant la dernière compétition. « On était prêt à relever le défi ».

Quatre heures d’entrainement sur glace par semaine, en plus d’une heure supplémentaire hors glace, des compétitions locales et territoriales, ainsi qu’un camp de perfectionnement de haut niveau : ce sont tous les efforts apportés par l’équipe de patinage cette année en préparation aux Jeux, résume la coach.

Au-delà de la performance sportive, les Jeux sont aussi une expérience culturelle. « C’est tellement fort côté partage, côté culture, côté nouvelles rencontres », explique Dupont. « C’est tellement beau de voir tous ces jeunes qui viennent des régions circumpolaires, qui n’ont pas nécessairement la chance de voyager. »

Cette annulation a eu plus de répercussions pour certains. Alors que plusieurs athlètes allaient faire l’expérience de cette compétition pour la première fois, pour d’autres, cette année marquait leur dernière chance d’y participer en raison de leur âge. « C’est vraiment comme un deuil pour eux », s’attriste Dupont.

« Ce qu’on a appris, ce n’est pas perdu. »

« On avait une belle lancée », assure Dupont. « Je ne veux pas parler au passé, on l’a encore cette lancée », se reprend-elle. Les efforts de l’Équipe Nunavut sont d’ailleurs déjà axés sur le futur. À venir pour l’équipe : des compétitions locales et dans le sud du pays, les prochains Jeux d’hiver de l’Arctique en 2022, et en 2023, les Jeux d’hiver du Canada. « Il va juste falloir attendre un peu plus longtemps avant de montrer au monde entier à quel point on est capable de performer » affirme Dupont. « C’est juste une question de temps! »

Afin de suivre les recommandations de la ville d’Iqaluit face à la COVID-19, les entraînements habituels sont annulés pour le moment.

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@gmail.com

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 18 mars, 2020
  • Dernière mise à jour 18 mars, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article