15 ans d’évolution pour la santé des Franco-Nunavois

En 2019, le Réseau de santé en français au Nunavut (RÉSEFAN) célébrait son 15e anniversaire. Retour sur 15 ans de santé francophone.
_________
Gabrielle Poulin
Initiative de journalisme local – APF – Territoires

« Nous célébrons nos 15 ans! 15 ans de présence dans la communauté, 15 ans de santé en français! » annonce fièrement Émilie Cyr, présidente du conseil d’administration du RÉSEFAN lors de l’Assemblée générale annuelle, en septembre dernier. Visant la santé des Franco-Nunavois depuis maintenant 15 ans, le RÉSEFAN réalise sa mission par la promotion de la santé et du mieux-être. De par sa planification stratégique 2018-2023, l’organisme travaille aussi à favoriser l’accès à des services de santé adaptés à la langue et à la diversité des cultures des Franco-Nunavois.

Au fil des années, le RÉSEFAN s’est impliqué au sein de la communauté et a développé un leadership auprès de ses partenaires. Faisant partie des 16 réseaux de santé en français répartis à travers le Canada, l’organisme se positionne comme un expert en accessibilité en soins de santé dans sa langue.

La santé francophone au Canada

Le domaine de la santé a toujours été une préoccupation importante dans les communautés francophones du Canada. On peut penser, par exemple, à des mouvements comme « SOS Montfort » à Ottawa, où la communauté franco-ontarienne s’est ralliée pour empêcher la fermeture du seul hôpital francophone de la capitale. C’est d’ailleurs peu de temps après cette victoire pour la francophonie canadienne, soit au début des années 2000, qu’ont débutées les études menées par la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) sur l’accès aux services de santé pour les Canadiens d’expression française vivant en situation minoritaire.

Ces études de la FCFA et la grande demande pour des meilleurs services en français des communautés francophones du Canada ont été impossibles à ignorer par le gouvernement fédéral. Ce dernier a lancé, en 2003, son Programme pour les langues officielles en santé. Le réseautage en santé étant l’une des composantes pour l’amélioration des services de santé en français, c’est à ce moment que prendra naissance le RÉSEFAN.

« Notre travail se fait en réseautage, » explique Jérémie Roberge, directeur général de l’organisme. « Ça veut dire qu’on travaille autant avec les gestionnaires de l’Hôpital général Qikiqtani, qu’avec les décideurs politiques, qu’avec les professionnels de la santé et des services sociaux, qu’avec la communauté. »

Et au Nunavut?

C’est par la concertation, l’écoute et l’inclusion que le RÉSEFAN travaille avec les autres communautés linguistiques du Nunavut, un territoire qui possède quatre langues officielles (l’inuktitut, l’anglais, le français et l’inuinnaqtun). La barrière linguistique étant particulièrement présente dans cette région du pays, l’accès aux services de santé dans la langue de sa population représente un enjeu extrêmement important. Le RÉSEFAN occupe alors la tâche précise de prendre la parole au sein de la communauté et auprès du gouvernement dans le but d’améliorer les services de santé en français.

Bien que le français demeure sa priorité, le RÉSEFAN s’efforce toujours de garder en tête la notion d’équité devant les autres langues officielles du Nunavut. « On essaie de faire en sorte de formaliser et d’harmoniser l’offre de services de santé en français selon les besoins de la communauté franco-nunavoise, » précise M. Roberge. « On est fier d’être l’interlocuteur officiel pour cette communauté. »

-30-

Des photos sont disponibles sur demande : ijlterritoires@gmail.com

  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 14 janvier, 2020
  • Dernière mise à jour 29 janvier, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article