La pharmacie de Wellington et la Coop de Wellington tiennent le coup

Sur une échelle de 1 à 10…

Angela Putt, pharmacienne à Wellington, estime que sur une échelle de 1 à 10, les gens qui entrent dans sa pharmacie sont à un niveau d’inquiétude et de panique de 8. 

Jacinthe Laforest - Initiative de journalisme local - Atlantique

«Aujourd’hui (le jeudi 19 mars) c’est un peu plus tranquille, on est encore en matinée, mais on a été très occupés les jours précédents.  Les gens essaient d’acheter de plus grandes quantités de médicaments d’avance.  De notre côté, notre association nationale nous demande de ne pas épuiser nos stocks et de rationner les produits, comme les inhalateurs», dit la pharmacienne.

Dans le contexte d’un état d’urgence de santé publique, les pharmacies jouent un rôle essentiel.  Les pharmaciens ont même reçu des «pouvoirs» additionnels et peuvent prescrire certains médicaments sous certaines conditions.  «Jusqu’à présent, les indications sont que nous sommes ouverts et que nous allons rester ouverts, sauf si nous tombons malades, évidemment», soutient Angela Putt.

La Coopérative s’ajuste

Du côté de la Coopérative de Wellington, les heures d’ouverture étaient comme à l’habitude, le jeudi 19 mars.  Cependant, une affiche sur la porte indiquait qu’à compter du vendredi 20 mars, des mesures seraient prises pour limiter à 20 le nombre de personnes présentes dans le magasin en tout temps.

«C’est une nouvelle directive que nous avons reçue», dit Angèle Arsenault, qui était aux commandes du magasin le matin du 19 mars.  Angèle prévoyait que le magasin serait fort occupé en raison de la fermeture des magasins de la Société des alcools.  «À partir de 14 heures, cet après-midi, nous allons être le seul magasin d’alcool ouvert entre Tignish et Kinkora.  On a prévu des gardes de sécurité pour gérer le trafic», dit Angèle Arsenault.


Livraison à domicile

Depuis le début des mesures de confinement, la Coop de Wellington a trouvé des façons originales de faire parvenir les commandes d’épicerie aux gens qui sont en isolement. «Nous encourageons les gens à nous téléphoner avec leur commande.  Et nous avons mis en place un réseau de bénévoles qui vont faire les livraisons.  Avant tout cela, nous avions seulement un client qui se faisait livrer son épicerie.  Maintenant, c’est plus que ça».

La Coop de Wellington a bon espoir de rester ouverte tout au long de la crise.  «Lorsque nous quittons le travail, nous restons chez nous, nous ne visitons personne.  Ici, nous désinfections les charriots et les surfaces régulièrement.  Jusqu’à présent, ça va bien», conclut Angèle Arsenault.

-30-

Photos :

Angèle Arsenault – Coopérative de Wellington cr. Jacinthe Laforest

Coopérative de Wellington cr. Jacinthe Laforest

Angela Putt – Pharmacie de Wellington cr. Jacinthe Laforest

 

  • Nombre de fichiers 4
  • Date de création 20 mars, 2020
  • Dernière mise à jour 20 mars, 2020
error: Contenu protégé, veuillez télécharger l\'article